Forum politique France online
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !

Macron prix Goncourt (Richard Millet)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Macron prix Goncourt (Richard Millet)

Message par Lysliane le Sam 6 Mai - 20:09

Macron prix Goncourt (Richard Millet)

"Ce que montre la fin de ce qu’on s’obstine à appeler une campagne électorale, alors qu’il s’agit d’un épisode de la série À l’Elysée, diffusée sur une chaîne indigène de la TV mondialiste, c’est que nous sommes bel et bien des figurants du Spectacle (actuellement rebaptisé Système) ; c’est dire que nous n’existons pas – même sous forme de « voix ». Le politicien n’existe pas davantage : il ne se passe rien, car tout a déjà eu lieu ; et si tout n’a pas encore disparu (pour parler comme Baudrillard), c’est que la disparition est le mode d’existence du politique, lequel reçoit maintenant le nom de Macron.

Nul besoin d’attendre la fin de partie ni les cent jours pour savoir que Macron n’est qu’un Trudeau français (ou post-français), c’est-à-dire, comme le Canadien, un extatique polichinelle de l’idéologie mondialiste. Il en arbore les stigmates radieux et l’air de vierge brûlée par un débordement hallucinatoire. Comme Trudeau et les autres élus de la farce démocratique, Macron n’est que la marionnette des vrais dirigeants de ce monde : Gates, Zuckerberg, Bezos, Soros, Poutine, Bono, Sting, Madonna, Tony Parker, Ronaldo, etc. Même le vieux Johnny Hallyday est plus important que Macron. Le reste ne compte pas.

Il sera intéressant d’observer, demain, l’endroit où Macron fêtera sa victoire. Le bruit court que ce sera la cour du Louvre. La cour Carrée ou bien la Pyramide ? La Pyramide, le Louvre, c’est encore le Panthéon de Mitterrand : même goût pour l’occultisme « socialiste », le muséal, le souffle des momies progressistes, le travestissement de la culture en Culturel – autrement le remugle du vide, qui est l’avant-goût du néant.

Quant à la question de s’abstenir ou de voter pour « faire barrage au F.N. » et sauvegarder les « valeurs républicaines », c’est là encore du spectacle, et assez mal orchestré néanmoins par le gauchisme d’État qui peine à faire oublier que les « valeurs républicaines » ont été prostituées par le bipartisme au pouvoir depuis 50 ans. Ces protestations de républicanisme pur et dur sont le fait d’imbéciles, de vertueux et surtout de ceux qui veulent donner à Macron l’illusion d’une forte assiette électorale, l’ultime argument publicitaire étant que sa « jeunesse » fera du bien à la France : « Une chance pour la France ! » dit d’ailleurs un de ses slogans – le même que le vieux mot d’ordre mitterrandien sur l’immigration de masse comme chance pour la France : on peut voir ce qu’il en est, un quart de siècle plus tard.

Macron sonne comme un nom de médicament. Le Macron : les probiotiques qu’il faut à votre intestin, organe puissamment à la mode. Macron ou la politique vegan, aussi bien. On rêve d’ailleurs d’une campagne intestinale macronique, orchestrée par Pierre Hermé rebaptisant ses macarons des macrons, la langue devant aller plus vite, aujourd’hui : gagner une syllabe est un signe de modernité et de jeunesse.

Le futur dirigeant macrobiotique nous fait enfin penser à un lauréat du prix Goncourt. Ce prix ne couronne jamais la valeur d’un livre – celle-ci ayant disparu avec le nouveau siècle qui avait vu nobéliser le pré-macronien Le Clézio. C’est le prix Goncourt qui se couronne lui-même par le truchement d’un lauréat acceptable, et rentable, y compris le macronien Houellebecq, couronné parce qu’il ferait bien vendre le prix. Il s’agit pour les Goncourt, comme pour la coalition médiatico-littéraire, de faire croire que la littérature et la vie littéraire existent encore, et de façon démocratique. On a vu quelque chose de ce genre avec le prix Nobel de la Paix décerné de façon anticipée et programmatique à Obama. Il en va de même pour Macron, prix Goncourt de la politique, accueilli (car fabriqué) avec reconnaissance par les « grands de ce monde ». Comme tout prix Goncourt, il est déjà oublié. Seul compte le rituel de cette messe athée. Cela nous consolera-t-il d’être des citoyens du désastre ?"
avatar
Lysliane
Maître
Maître

Messages : 2213
Date d'inscription : 09/02/2014

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum