Forum politique France online
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !

Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Aller en bas

Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par Invité le Dim 28 Mai - 9:56



Boris Le Lay est un exilé politique, un "émigré". Il a été condamné à plusieurs mois de prison ferme, oui, ferme, par des juges français pour avoir attaqué verbalement des gens de couleur sur son blog.

http://www.letelegramme.fr/morbihan/justice-boris-le-lay-localise-au-japon-22-11-2016-11300983.php

Je sais que Napoléon ne l'aime pas , mais sa condamnation me laisse froide , je la prendrai en considération quand les jihadistes français partis le faire en Syrie , seront condamnés pour trahison dès leur retour, ce qui n'est pas le cas .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par El seductor le Dim 28 Mai - 10:38

Tout à fait d'accord !
avatar
El seductor
Maître
Maître

Messages : 2490
Date d'inscription : 04/07/2013
Localisation : Avignon

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par STUNENEB le Dim 28 Mai - 13:26

"""Boris Le Lay est un exilé politique, un "émigré". Il a été condamné à plusieurs mois de prison ferme, oui, ferme, par des juges français pour avoir attaqué verbalement des gens de couleur sur son blog."""




La taule pour ce facho.


STUNENEB
TROLL interné d'office
TROLL interné d'office

Messages : 895
Date d'inscription : 18/05/2017

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par ganem le Lun 29 Mai - 16:13

L'islam est un totalitarisme aussi sanglant que le nazisme et le stalinisme réunis.
Les jihadistes français doivent être emprisonnés à vie.
avatar
ganem
Chef
Chef

Messages : 1805
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par ganem le Lun 29 Mai - 16:20

Le ramadan avec cette chaleur va provoquer une hécatombe.
avatar
ganem
Chef
Chef

Messages : 1805
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par Invité le Lun 29 Mai - 16:46

En France ce sont ceux qui dénoncent le Jihadisme qui se prennent la taule .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par ganem le Lun 29 Mai - 16:49

L'islam est devenu sacré en terre de France.
avatar
ganem
Chef
Chef

Messages : 1805
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par El seductor le Lun 29 Mai - 17:22

Les liens entre l'islamisme radical et l'extrême-gauche française sont connus. Ils sont des alliés de circonstance, même si on se rappelle que les islamistes et les Frères Musulmans étaient pro-nazis... Paradoxe ? Non, en y réflechissant...
avatar
El seductor
Maître
Maître

Messages : 2490
Date d'inscription : 04/07/2013
Localisation : Avignon

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par STUNENEB le Lun 29 Mai - 20:07

ganem a écrit:L'islam est un totalitarisme aussi sanglant que le nazisme et le stalinisme réunis. Les jihadistes français doivent être emprisonnés à vie.






Ben voyons, j'ai mis les pieds dans un nid de facho.

L'Islam est une religion. Beaucoup font la guerre au nom de dieu.

Bush la faisait au nom de son dieu, Sadam pour le sien, mais tous deux se servaient de dieu pour faire la guerre.



Ceux qui ont mis le monde à feu et à sang de 1939 à 1945 étaient ils foncés de peau ?

Non ils étaient pour la plus part d'entre eux de type aryen, blond aux yeux bleus, et surtout, surtout ils étaient fanatisés par un illuminé d'extrême droite.


La pratique des révisionnistes, extrémistes de droite est bien connue.

Elle vise à mettre sur le même pied d'égalité staline et hitler (communisme et nazisme) pour mieux banaliser le Shoah.


Même si le stalinisme et son régime ont étés une caricature du bel idéal qu'est le communisme, ils n'ont jamais prônes contrairement au national socialisme l'eugénisme.






STUNENEB
TROLL interné d'office
TROLL interné d'office

Messages : 895
Date d'inscription : 18/05/2017

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par El seductor le Mar 30 Mai - 7:13

Quelle salade ! Tu mélanges tout là dedans ! Pour que çà aille dans ton sens !
D'abord l'Islam n'est pas une "religion", mais une idéologie qui met le social et le politique sous les ordres du religieux !
Ensuite... Quel mélasse !
avatar
El seductor
Maître
Maître

Messages : 2490
Date d'inscription : 04/07/2013
Localisation : Avignon

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par STUNENEB le Mar 30 Mai - 11:26

El seductor a écrit:Quelle salade ! Tu mélanges tout là dedans ! Pour que çà aille dans ton sens !D'abord l'Islam n'est pas une "religion", mais une idéologie qui met le social et le politique sous les ordres du religieux !Ensuite... Quel mélasse !







Mais c'est bien sur, puisque toi tu ne comprends rien.

Mais c'est normal, les anciens oas n'ont jamais rien compris.

STUNENEB
TROLL interné d'office
TROLL interné d'office

Messages : 895
Date d'inscription : 18/05/2017

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par El seductor le Mar 30 Mai - 15:27

STUNENEB a écrit:
ganem a écrit:L'islam est un totalitarisme aussi sanglant que le nazisme et le stalinisme réunis. Les jihadistes français doivent être emprisonnés à vie.






Ben voyons, j'ai mis les pieds dans un nid de facho.

Ah bon ? A part moi... Je ne vois pas qui peut être assimilé à un "facho". Mais comme je ne le suis pas "facho", reste tes petits camarades d'extrême-gauche qui le sont, eux.

L'Islam est une religion.  Beaucoup font la guerre au nom de dieu.

Pour l'Islam, j'ai répondu. Quand à ceux qui "font la guerre au nom de Dieu, à part les islamistes, je vois pas qui. Les "Croisés" c'est de l'histoire ancienne !



Bush la faisait au nom de son dieu, Sadam pour le sien, mais tous deux se servaient de dieu pour faire la guerre.

Ah bon ? Je n'ai jamais vu de chars ou d'avions US frappés de la Croix du Christ. Quand à Saddam c'était un dictateur, c'est vrai, mais un dictateur LAÎC ! Qui protégeait les Juifs et les Chrétiens d'Irak !


Ceux qui ont mis le monde à feu et à sang de 1939 à 1945 étaient ils foncés de peau ?

Non, mais ils étaient nazis, et le Grand Mufti de Jérusalem était l'allié d'Hitler. Plusieurs divisions de SS étaient... musulmanes !



Non ils étaient pour la plus part d'entre eux de type aryen, blond aux yeux bleus, et surtout, surtout ils étaient fanatisés par un illuminé d'extrême droite.

Hitler n'a jamais été d'extrême-droite et son parti était national-socialiste


La pratique des révisionnistes, extrémistes de droite est bien connue.

Bien connue ? De qui ?


Elle vise à mettre sur le même pied d'égalité staline et hitler (communisme et nazisme) pour mieux banaliser le Shoah.

Staline était un dictateur coupable de la mort de dizaines de millions de morts et il agissait au nom du PCUS, Parti communiste de l'Union Soviétique... Hitler faisait de même. N'oublions tout de même pas que les deux ont été alliés jusqu'au 21 juin 1941...


Même si le stalinisme et son régime ont étés une caricature du bel idéal qu'est le communisme, ils n'ont jamais prônes contrairement au national socialisme l'eugénisme.

Rigolo ! Il enfermait les homosexuels au Goulag, en Sibérie... Tu crois que c'est mieux ?





avatar
El seductor
Maître
Maître

Messages : 2490
Date d'inscription : 04/07/2013
Localisation : Avignon

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par ganem le Mer 31 Mai - 13:20

El seductor a écrit:Quelle salade ! Tu mélanges tout là dedans ! Pour que çà aille dans ton sens !
D'abord l'Islam n'est pas une "religion", mais une idéologie qui met le social et le politique sous les ordres du religieux !
Ensuite... Quel mélasse !



Sans l'épée, il n y aurait eu que l'Arabie qui serait mahométane. Aujourd'hui il y a 57 pays mahométans
avatar
ganem
Chef
Chef

Messages : 1805
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par El seductor le Mer 31 Mai - 15:07

Ne te fâche pas mon vieux Ganem. Entre Benenuts et Kasim, qui ne font qu'un, nous avons à faire à des ignares, qui n'ont rien de solide à opposer au moindre argument qui ne leur plait pas ! La dérision dans le meilleur des cas, l'insulte dans les autres !
avatar
El seductor
Maître
Maître

Messages : 2490
Date d'inscription : 04/07/2013
Localisation : Avignon

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par ganem le Jeu 26 Oct - 16:57

Le 25 octobre 732, Charles Martel nous sauvait de la barbarie islamique

25 Oct 2017 Frejusien Histoire de France, Les Résistants
Le 25 octobre 732, Charles Martel nous sauvait de la barbarie islamique

La date n’est pas absolument certaine, la seule certitude est que c’était un samedi et que c’était en octobre, certains défendent même la date du samedi 17 octobre 733 ! Mais la certitude est que cela mit fin à l’expansion arabo-musulmane vers le nord !

On doit une reconnaissance éternelle à CHARLES MARTEL, le courageux, le brave, le franc, qui nous a sauvés de la ruine et de la barbarie islamique.
En tant que patriotes, en butte à l’invasion islamique, on devrait instituer un jour de commémoration de cette glorieuse bataille et une statue qui glorifierait le DÉFENSEUR de l’humanité.

Je dis l’humanité, en ce sens que l’islam en est la destruction pure et simple, l’islam détruit tout ce qu’il y a d’humain en nous. Pour preuve, les derniers assassinats commis ces dernières années par la secte maudite et satanique, la secte laveuse de cerveaux, la secte conditionneuse aux crimes les plus abjectes, la secte qui transforme un humain en machine tueuse



Complément de Jean Lafitte

En faisant le ménage sur mon Mac, je retrouve le texte ci-dessous, que j’ai depuis juillet 2012. C’est de l’histoire romancée, l’auteur ne s’en cache pas, mais c’est si bien écrit et l’évocation est si parlante que je ne résiste pas à l’envie de le partager avec vous, amis lecteurs de Résistance républicaine.



Déjà le pays se montre ravagé par les Sarrazins. Ces infidèles ont parcouru la Gaule romaine en tous sens. On les a vus à Châlons-sur-Saône, à Lyon, même à Sens ; ces hordes de barbares dévastent à présent Poitiers. Puis- se le maire les atteindre bientôt ! puisse-t-il délivrer tant de jeunes filles et de jeunes garçons menés en captivité ! Les Maures veulent leur faire embrasser leur culte abo- minable !

Quels sont ces cavaliers d’un costume bizarre, aperçus au faîte d’une colline ? Ils s’éloignent avec précipitation. Quelques leudes burgondes reconnaissent en eux des vedettes sarrazines. Cependant l’armée arrive sur le pla- teau. A peine jette-elle les yeux au-delà, ô spectacle ! jamais camp n’offrit un pareil coup d’œil : toute une nation est là.

Des cymbales aux sons d’airain résonnent à coups pressés ; les triangles retentissants, les tambours chargés de clochettes, tout cela forme une harmonie qui fait dres- ser tous les Maures. A l’aspect des Francs, ils courent à leurs coursiers, qui sont si richement caparaçonnés qu’ils brillent d’or et de pierreries, et échangent des rayons avec le soleil. Les barbares ! cet or, ces pierreries, se disent les chrétiens, ce sont les dépouilles des saints temples du Seigneur.

Il est, vers le centre du camp, des multitudes sans ar- mes : ce sont les esclaves, les eunuques, les captifs des émirs. Ces pavillons de soie qui jouent avec la lumière comme le cou de la colombe, recèlent les odalisques. Combien de Gothes aux blonds cheveux, de Frankes au teint blanc, peuplent ces retraites de volupté ! Et peut- être, se dit Karll, vont-elles abandonner la foi de leurs pères pour celle des Africains, comme la trop faible Nu- mérance, fille d’Ods. Le duc d’Aquitaine l’avait donnée en mariage à Mugnoz : celui-ci vaincu, sa femme tomba entre les mains d’Abd-al-Rahman, qui, frappé de la beauté de cette belle Wisi-Gothe, l’envoya au kalife de Damas, à Hacchan, dont elle est devenue la favorite. Un autre souci trouble Karll : il appréhende que, dans le cas où ces barbares fuiraient devant ses Francs, ils ne massacrent les enfans et les femmes en captivité dans leurs tentes. Il réfléchit sur ses deux mains, puis il ordon- ne au plus hardi de ses leudes, à Sighe-Berth, d’aller, pour traiter du rachat des captifs, en ambassade vers le miramolin 1.


[…]

A peine le vent frais de l’aube se jouait-il dans les arbres, que les Francs et les Germains lacent leurs cour- roies autour de leurs jambes, endossent leurs peaux de bêtes ; ils peignent leurs cheveux avec du beurre fondu 1. La hache à la ceinture, le hang d’une main, le pavois de l’autre, voyez-les se former en ligne de bataille : la plaine est couverte de leurs tribus. Ici s’étendent des lignes ; là les Saliens se pelotonnent en coin pour enfoncer les lignes des Musulmans. Leurs voix rauques, qu’ils poussent dans la concavité de leurs pavois d’acier, rappellent aux Sarra- zins leurs forfanteries de la veille. Ceux-ci, en effet, ne tardent pas à sortir de leurs retranchements, quand ils ont fait leurs prières ; leur camp les vomit au bruit tumul- tueux de leurs cymbales et de leurs triangles sonores : ce qui, mêlé aux mugissemens des Francs, assourdissait tous les environs et portait la terreur jusqu’au ciel.

Les tribus de cheval, Zégris, Almoraves, Abencer- rages, s’étendent sur les ailes, volant comme des tour- billons sur de souples coursiers. Le gros des Musulmans se forme en trois lignes ; mais que de combattans ! ils étaient près de quatre cent mille. Aussi se promettaient- ils bien d’envelopper les Francs avec leur maire, et de n’en laisser pas échapper un seul ; mais ceux-ci, remplis de confiance, vont combattre sous le vaillant Karll ; de plus, les évêques qui étaient dans l’armée à la tête de leurs leudes, assurent avoir vu saint Nicolas descendu de l’azur céleste, et donnant de sa dextre la bénédiction aux fidèles soldats de Jésus-Christ.

On s’attaque. Les Francs, si redoutés par la manœuvre de l’angle aigu, enfoncent le centre des Sarrazins. Les cavaliers maures venaient à toute bride contre cette cita- delle mouvante ; mais les hangs alongés leur opposaient de profondes moissons de fer ; vainement ils jouaient de leurs cimeterres ; ces piques, couvertes de fer dans toute la longueur du manche, résistaient pour la plupart au tranchant affilé des sabres ; au moment où ils croyaient enfoncer les Francs, les barbares étaient eux-mêmes as- saillis par une contre-marche du triangle, renversés et foulés aux pieds, écrasés à coups de massue. Toute la matinée on combattit avec un avantage à peu près égal. Vers la sixième heure du jour, quand le soleil était au plus haut du ciel, Karll fit porter dans les rangs la chape de saint Martin, et en même temps il fit donner une réserve de cavaliers austrasiens et burgondes. Tout plia devant eux. Aussi loin que la vue s’étendait, les Sarrazins fuyaient en désordre, quand sur leurs derrières on enten- dit un grand bruit : c’était Ods. Le voilà avec ses Aqui- tains ; il arrive, il les prend en revers : plus de résistance. L’ennemi veut fuir dans ses retranchemens, mais le duc d’Aquitaine cerne ce passage : carnage épouvantable ! Karll se trouve partout, assénant de sa massue de fer aux pointes hérissées des coups qui brisaient armures et os. Ses exploits furent tels ce jour-là, que d’une voix unani- me on lui donna le surnom de Martel quand on l’éleva sur le pavois.

Peu de musulmans parvinrent à se sauver. Ainsi furent détruits en France les ennemis de Dieu. Leur miramolin lui-même périt ce jour-là. On pénétra dans leur camp. Jamais tant de richesses n’avaient été la proie des Francs. Karll-Martel ordonna de mettre tout en commun, comme c’était l’usage ; le partage s’en fit équitablement, et chaque soldat y acquit de grands trésors.

Scipion MARIN.
avatar
ganem
Chef
Chef

Messages : 1805
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par ganem le Ven 3 Aoû - 13:57

Bagarre à Orly entre Booba et Kaaris : ADP porte plainte pour troubles à l'ordre public et mise en danger de la vie d'autrui


INFO LCI - Après la rixe de mercredi entre les rappeurs Booba et Kaaris, les dégâts sont impressionnants. Aéroports de Paris porte plainte pour troubles à l’ordre public, avec préjudice d’image et financier et mise en danger de la vie d’autrui. Le gérant du magasin saccagé porte plainte pour dégradation, violence en bande et vol.
02 août 13:08 - Amandine Rebourg

La bagarre est impressionnante et les dégâts ainsi que les désagréments, sans doute tout autant. Après le rixe survenue de mercredi en début d'après midi entre les deux bandes de Kaaris et Booba, le groupe Aéroports de Paris a indiqué à LCI qu'il portait plainte contre les 14 individus impliqués dans la rixe. Selon nos informations, ADP a porté plainte pour troubles à l’ordre public, avec préjudice d’image et financier et mise en danger de la vie d’autrui. Le gérant du magasin saccagé porte plainte pour dégradation, violence en bande et vol.


En tout, ce sont treize personnes qui ont été placées en garde à vue et auditionnées pour violences volontaires. Les deux rappeurs étaient toujours, ce jeudi matin, en garde à vue. Tous deux se sont retrouvés dans le même hall, devant embarquer, chacun de leur côté, dans un avion, direction Barcelone. Chacun d'entre eux devaient donner un concert dans deux discothèques différentes.

Duel à Orly entre deux grands « artistes » « français » musulmans : Booba et Kaaris

02 Août 2018Yann KempenichBrèves, Djihad, Faits divers, Immigration, Préférence étrangère
Duel à Orly entre deux grands « artistes » « français » musulmans : Booba et Kaaris

Illustration : Photos Dominique FAGET / AFP



Lieu du combat : aéroport d’Orly

Protagonistes :

– Booba, Sénégalo-mosellan mahométan, 1.92m, 100kg, profession : rappeur

– Kaaris, Ivoirien converti à l’idéologie mahométane, 1.85m, 85kg, profession : rappeur

Choix des armes : poings, gardes du corps et, éventuellement,  cartouches Camel duty free et spray Jean-Paul Gaultier

Victimes  : les voyageurs contraints à rebrousser chemin suite à la fermeture temporaire du Hall 1 de l’Aéroport de Paris-Orly



http://www.leparisien.fr/faits-divers/les-rappeurs-booba-et-kaaris-se-battent-en-plein-milieu-de-l-aeroport-d-orly-01-08-2018-7840362.



Note de Christine Tasin

A ajouter à la série djihad. …

http://resistancerepublicaine.eu/2018/07/22/paris-by-night-vols-et-viol-en-bande-encore-le-djihad/

En effet, il s’agit là encore de marquer l’emprise de l’idéologie mahométane en cassant, lors de batailles entre bandes rivales, le bien commun, en empêchant les non musulmans de voyager, de vivre leur vie…

Booba se dit mahométan non pratiquant. Ah le bonheur des mariages mixtes et des pères musulmans immigrés…

Élie Yaffa est né le 9 décembre 1976 à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, d’un père mannequin soninké sénégalais, Seydou Nourou Yaffa17 et d’une mère greffière, d’origine belge et mosellane, Lucie Borsenberger18. Il grandit à Meudon-la-Forêt, puis s’installe plus tard au pont de Sèvres, à Boulogne-Billancourt, quartier qu’il mentionne dans ses textes. Il confirme dans une interview être de confession musulmane19 et dément être de confession juive20,19,21. Il dément également dans l’une de ses chansons, Gun In My Hand, en collaboration avec Akon : « Paraît que je prends de la coke, paraît que je suis en prison, paraît que je suis juif ». Cependant, il trouve stupide et raciste le fait d’utiliser le mot « juif » pour l’insulter et exprime son mépris envers les antisémites. Booba se dit mahométan, pas très pratiquant19. Il se revendique comme un soninké et originaire du village de Bakel. Lors de son premier voyage au Sénégal, Élie rencontre un de ses cousins nommé Boubakar. Il prendra par la suite le diminutif « Booba » pour rendre hommage à ce dernier22,23. Hormis l’hommage à son cousin s’ajoute le fait qu’il a demandé l’autorisation de s’appeler « Booba » à Chantal Goya, chanteuse pour enfants dont une des chansons raconte l’histoire d’un ourson nommé Bouba et pour qui le rappeur a beaucoup de respect24.

Kaabis est également mahométan :

Bien que né dans une famille chrétienne avec une mère très pratiquante, Kaaris s’est rapidement converti à l’idéologie mahométane, allant rejoindre des voisins camerounais musulmans pour prier et ce, dès l’âge de 6 ans30,31.

Kaaris est père d’une fille nommée Okou Brooklyn Amra32 née en juillet 201633.

Kaaris naît le 30 janvier 1980 à Cocody, en Côte d’Ivoire. Son père meurt 2 mois après sa naissance5. En 1983, sa mère décide de partir s’installer en France et emménage avec ses sept enfants à Paris, dans une chambre de bonne située près de la station de métro Duroc. Vers l’âge de 6 ans, Kaaris et sa famille emménagent à Taverny, dans le Val-d’Oise6. Puis en 1988, ils emménagent à Sevran, dans le quartier Rougemont.

Ces deux rappeurs pratiqueraient, selon les medias, du rap français. Il vaut mieux en rire. Les thématiques islamiques sont-elles françaises ? Le rap qui crache sur la France est-il français ? Des rappeurs qui chantent leurs origines étrangères ou celles de leurs parents sont-ils français ?

Et puis, régler ses comptes dans un lieu public, un aéroport, empêcher de pauvres Français moyens qui n’ont que quelques jours de vacances et peu d’argent d’embarquer, tout casser c’est typiquement mahométan. C’est la conception arrogante enseignée par Mahomet de la supériorité musulmane qui peut tout se permettre. Les kouffars n’ont qu’à baisser la tête et se taire.

Quant au reste les deux prétendus artistes ont gagné des sommes folles, grâce aux crétins qui les adulent. Nul doute que leurs assurances paieront les dégâts qu’ils ont commis.
avatar
ganem
Chef
Chef

Messages : 1805
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par ganem le Mer 8 Aoû - 11:57

« Il y a un nombre non-négligeable de descendants de harkis parmi les radicalisés »

Entretien avec le politologue Jérôme Fourquet

Mehdi Nemmouche, accusé d'être l'auteur d'une fusillade au Musée Juif de Belgique, ici à la cour d'appel de Versailles, le 12 juin 2014 ©️SIPA Auteur : Benoit Numéro de reportage : AP22130085_000001


Mi-juillet, la conseillère départementale LREM Mounia Haddad, 29 ans, a été séquestrée deux jours durant par sa famille d’origine algérienne. Celle-ci n’acceptait pas son projet de mariage avec un descendant de harki. Après avoir décortiqué les structures anthropologiques de l’immigration algérienne, le politologue Jérôme Fourquet se penche sur les traces que la guerre d’Algérie a laissées dans notre société. Dans la France en proie au terrorisme, héritiers des harkis, pieds-noirs et combattants du FLN brassent des imaginaires concurrents. Entretien (2/2)

Daoud Boughezala. Cinquante-six ans après la signature des accords d’Evian, alors que l’affaire Mounia Haddad révèle la potentielle rivalité entre descendants de harkis et familles FLN, quels rapports entretiennent ces deux sous-groupes de l’immigration algérienne en France ?

Jérôme Fourquet. Dans certaines familles d’origine algérienne, la mémoire héroïque de l’engagement des parents ou grands-parents dans la lutte d’indépendance continue d’être amplement entretenue. Cela peut  s’accompagner d’un rapport ambigu à la France mais surtout d’un rejet et d’une stigmatisation des harkis. Abdelghani Merah raconte comment sa fratrie a baigné dans un discours de rejet de la France, ancienne puissance coloniale. Ce n’est peut-être pas non plus un total hasard si son frère Mohamed a ciblé trois militaires français d’origine maghrébine.

En parallèle, comme l’a noté Gilles Kepel, il y a un nombre non-négligeable d’enfants et de petits-enfants de harkis parmi les musulmans radicalisés, à l’instar de Mehdi Nemmouche, le tueur du musée juif de Bruxelles. On observe une sorte de retournement de stigmate : des familles méprisées parce qu’elles étaient dans le camp des perdants et considérées comme des traîtres à la cause surinvestissent leur identité musulmane. Consciente ou non, cette revanche symbolique peut les amener à entrer dans une course au plus pur.


Pour la gauche empreinte du schéma binaire dominant/dominé, les harkis étaient du mauvais côté de l’histoire.

Dans votre essai co-écrit avec Nicolas Lebourg La nouvelle guerre d’Algérie n’aura pas lieu, (Fondation Jean Jaurès, 2017) vous soulignez le rôle pionnier qu’ont joué les enfants des enfants de harkis dans la construction de l’idéologie mahométane de France et dans la Marche des beurs (1983). Pourtant, leur cause est plus souvent défendue par le Front national que dans la mouvance antiraciste. Comment expliquez-vous cette occultation ?

Chaque cause politique doit être intégrée dans une grille de lecture historique ou un schéma plus large. Traditionnellement, le FN et une partie de la droite ont toujours eu à cœur de défendre la cause des rapatriés ainsi que celle des harkis. Parmi les figures emblématiques de cette famille de pensée, on trouve Jeannette Bougrab. Dans l’autre camp, la matrice idéologique et historique de la gauche l’inclinait en revanche à glorifier le FLN pour s’inscrire dans la tradition des porteurs de valises et des manifestants de Charonne. Cette inscription symbolique s’est prolongée après la décolonisation dans les combats antiracistes et dans la lutte pour l’intégration. La cause harkie s’insérait mal dans ce schéma global car avec son surmoi marxiste, la gauche entendait se placer du côté des opprimés. Pour la gauche empreinte du schéma binaire dominant/dominé, les harkis étaient du mauvais côté de l’histoire.


Le cas des harkis renvoie en effet à la mauvaise conscience du gaullisme et de la droite.

Abandonnés par la France, parqués dans des camps de transit, les harkis n’ont obtenu que très tardivement des excuses officielles des autorités françaises, par la voix des présidents Sarkozy puis Hollande. Ont-ils été enfin intégrés au grand récit national ?

Sans doute davantage que par le passé. La société française a mis des décennies à digérer les années de la guerre d’Algérie. De la même manière qu’il a fallu attendre les années 1970/80 pour qu’on porte un autre regard que le mythe gaullo-communiste sur l’Occupation et la Résistance, il a fallu patienter jusqu’aux années 2000 pour qu’on s’intéresse de nouveau à ce sujet de la guerre d’Algérie qui a coupé le pays en deux et qui est longtemps resté occulté notamment pour ce qui est de la question des harkis.

Le cas des harkis renvoie en effet à la mauvaise conscience du gaullisme et de la droite. De Gaulle avait en effet donné l’ordre de désarmer les harkas tandis que les fellaghas se préparaient à les massacrer. Symétriquement, par parti pris pro-indépendance de l’Algérie, la gauche aussi s’est totalement désintéressée de cette population et de ses descendants après leur immigration, malgré leurs conditions de vie inacceptables. Dans ces conditions, le combat des harkis a été investi par le Front national.


Dans la guerre des mémoires, chacun a choisi ses Arabes : le FN les harkis, la gauche les descendants des indépendantistes.

Le FN s’est-il approprié la cause harkie par opportunisme électoral ?


Pour le FN, il s’agit d’abord de rester fidèle au combat pour l’Algérie française. Dans ce cadre, l’empathie des frontistes va logiquement aux harkis, qui furent longtemps les parias de la République. Par ailleurs, ils peuvent ainsi afficher une sensibilité patriotique qui n’est du coup clairement pas basée sur un critère ethnique. Dans la guerre des mémoires, en substance, chacun a choisi ses Arabes : le FN les harkis, la gauche les descendants des indépendantistes.

C’est dire si la guerre d’Algérie semble encore dans toutes les têtes. Depuis la vague terroriste de 2015, les autorités craignent-elles la résurgence d’un début de guerre civile comme l’hexagone en a connu entre 1958 et 1962 lorsque FLN et OAS y multipliaient les attentats ?

Le directeur de la DGSI Patrick Calvar semblait effectivement préoccupé par une hypothétique guerre civile opposant djihadistes et éléments violents d’ultradroite. De son côté, la sphère la plus identitaire de la droite conjecturait une nouvelle guerre d’Algérie, en se basant sur des références telles que la Toussaint Rouge, pendant que les théoriciens du djihad comme Abu Moussab Al-Souri spéculaient depuis des années sur l’opportunité d’embraser les sociétés européennes. Pour Daech, le but du jeu était de créer la guerre civile en commettant des attentats marquants susceptibles de dresser les communautés les unes contre les autres. Par le déclenchement d’un cycle provocation-répression, l’objectif était de fragmenter petit à petit la société française, notamment géographiquement, entre musulmans et mécréants. Craignant la réalisation de ce scénario, Calvar avait prédit que la société française allait de grands risques de vaciller entre fin 2015 et 2016.


Si Daech était parvenu à mettre la société française sous pression, on aurait peut-être eu une sortie de route.

Mauvaise pioche ! Malgré des attentats en série, la société française n’a pas basculé dans la violence…

On a quand même connu un petit moment de flottement en 2016. Souvenez-vous de ce qui est arrivé en Corse, l’une des parties du territoire les plus sensibles à ces problématiques : la ratonnade des jardins de l’empereur d’Ajaccio en décembre 2015, quelques semaines après les attentats du Bataclan et des terrasses parisiennes ; puis les affrontements ethniques de Sisco survenus en août 2016, deux semaines après l’assassinat du père Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray.

Mais depuis l’attaque de Nice en juillet 2016, il n’y a plus eu d’attentat terroriste de grande ampleur dans l’hexagone. On peut penser que, si l’appareil de Daech était parvenu à mettre la société française sous pression, on aurait peut-être eu une sortie de route.


Au moment des attentats, on a vu resurgir une palette de références qui nous ramenaient tout droit aux heures sombres de la guerre d’Algérie.

Avec 250 morts en trois ans, le bilan du terrorisme djihadiste sur le sol français n’a rien à envier aux exactions du FLN…

Au-delà de ce triste bilan humain, il reste un fossé entre les capacités organisationnelles dont disposait l’appareil politico-militaire du FLN en France et celles des djihadistes présents dans l’hexagone. A l’époque, en quelques semaines, le FLN avait perpétré des centaines d’attentats partout sur le territoire de la métropole, y compris contre des équipements économiques (voies de chemin de fer, dépôts pétroliers etc..).

Le niveau de menace est donc objectivement moins élevé qu’à l’époque. Reste qu’au moment des attentats, on a vu resurgir une palette de références qui nous ramenaient tout droit aux heures sombres de la guerre d’Algérie : le recours à l’état d’urgence, la capacité de l’appareil d’Etat et des forces de sécurité à quadriller un certain nombre de quartiers et d’empêcher les fixations de l’ennemi djihadiste dans certaines zones. Tout cela a nourri le spectre de la guerre civile qui hante notre société du fait du délitement du vivre-ensemble.
avatar
ganem
Chef
Chef

Messages : 1805
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ramadam: La France à l'ère du jihad culturel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum