Forum politique France online
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !
Voir le deal
39.99 €

C'était aujourd'hui !

Page 6 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Alpha55 le Mar 25 Sep - 10:33

C'est aussi la journée des Harkis ! Ayons une pensée pour ceux d'entre eux qui sont restés là-bas...
Alpha55
Alpha55
Postulant
Postulant

Messages : 326
Date d'inscription : 22/01/2018
Localisation : Les Angles

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Mer 5 Déc - 21:31

05 décembre 1360 : naissance du franc.

Le 19 septembre 1356, Jean le Bon est battu et fait prisonnier à la bataille de Poitiers. La rançon de Jean le Bon est fixée à trois millions d’écus d’or.

Le 5 décembre 1360, à Compiègne, le Roi Jean II crée une nouvelle monnaie, le «franc», de même valeur que la monnaie existante, la livre tournois. La pièce représente, sur la face, Jean II le bon à cheval, galopant, l’épée haute, coiffé d’un heaume couronné sommé d’un lis, portant par-dessus sa cotte de mailles une cotte d’armes fleurdelisée ; le caparaçon du cheval est également brodé de fleurs de lys. Figure une inscription circulaire : IOHANNES DEI GRATIA • FRANCORV REX, traduit « Jean, par la grâce de Dieu, Roi des Francs ».

Sur le revers, on y trouve une croix feuillue avec quadrilobe en cœur, dans un quadrilobe orné de palmettes et cantonné de quatre trèfles évidés. Figure une inscription circulaire : XPC VINCIT • XPC REGNAT • XPC INPERAT qui veut dire « le Christ vainc, le Christ règne, le Christ commande.

Cette création est une réponse ironique à l’attitude méprisante des Anglais. Il reste que la situation financière du royaume devient tellement catastrophique que l’on battra monnaie sur du cuir pendant un certain temps.

Le franc a perduré comme monnaie de référence de la France jusqu’au 31 décembre 2001, dernier jour avant l’euro. Il subsiste dans les anciennes colonies françaises d’Afrique et du Pacifique ainsi qu’en Suisse (vestige de l’Union latine)…



C'était aujourd'hui ! - Page 6 5-dec-2-1

_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Mer 26 Déc - 20:57

26 décembre 1458 : décès d’Arthur III, duc de Bretagne.

Arthur III de Bretagne, aussi appelé « le Connétable de Richemont » ou encore « le Justicier », s’éteint le 26 décembre 1458 à Nantes. Fils de Jean IV, duc de Bretagne, Arthur III n’aura été à la tête du duché de Bretagne que très peu de temps, à peine treize mois entre 1457 et 1458. D’autre part, sa vie nous est connue grâce au récit apologétique que rédigea son écuyer Guillaume Gruel dans les années 1460. Blessé et fait prisonnier à la bataille d'Azincourt en 1415, prisonnier en Angleterre pendant cinq ans, il est nommé connétable de France par Charles VII le 7 mars 1425. C’est lui qui mènera l’armée royale de victoires en victoires pour libérer la France des Anglais qui le honnie avec les conquêtes de Paris, Meaux, Montereau et Pontoise. Il est considéré comme le père du premier modèle d’armée permanente en France avec les Compagnies d’Ordonnance qu’il crée en 1445. Richemont reprend la guerre contre les Anglais en 1449 et cette fois, avec l’appui complet de son neveu François Ier de Bretagne (le fils du Duc Jehan V disparu en 1442) qui déclare la guerre à Henri VI de Lancastre après la prise de Fougères par le routier Surienne l’Aragonais. Arthur de Richemont devient Duc de Bretagne et prend le nom d’Arthur III en 1457. Arthur III ne reste pas longtemps Duc de Bretagne puisqu’il disparaît le 26 décembre 1458. Il reste incontestablement l’une des plus grandes figures militaires de la Guerre de Cent Ans, compagnons d'armes de Jeanne d'Arc.




C'était aujourd'hui ! - Page 6 Miniature-richemont



_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par ganem le Jeu 27 Déc - 14:35

Alpha55 a écrit:C'est aussi la journée des Harkis ! Ayons une pensée pour ceux d'entre eux qui sont restés là-bas...

A mon avis, ils ont presque tous été massacrés et même s'ils ne l'ont pas été, ils ont du vivre comme des pestiférés alors que même Ferhat Abbas a reconnu que l'algérien était plus libre du temps de la France.

L'indépendance confisquée
ganem
ganem
Maître
Maître

Messages : 2220
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Sam 29 Déc - 18:20

29 décembre 1170 : Assassinat de Thomas Becket.

« Sur ordre » du roi Henri II d’Angleterre, qui l’accuse de félonie, l’archevêque Thomas Becket est assassiné sur les marches de l’autel de la cathédrale de Cantorbéry, par quatre chevaliers anglo-normands du roi. Ceux-ci agissent sans ordre officiel, l’histoire veut qu’ils aient pris cette initiative a près qu’Henri II ait prononcé de colère la phrase : « N’y aura-t-il donc personne pour me débarrasser de ce clerc outrecuidant ? ». Ancien ami du roi, Thomas Becket se l’aliène, quand il commence à opposer une résistance intransigeante aux Constitutions de Clarendon, lesquelles prévoient, en fait, de réduire le pouvoir de l’Eglise et de la faire dépendre du pouvoir royal. Après un exil en France et une série d’excommunications contre les prêtres qui ne le soutenaient pas, Thomas Becket est revenu en Angleterre. Cet assassinat provoque la colère de l’Eglise, ce qui oblige Henri II à faire pénitence publiquement. Thomas Becket est canonisé trois ans plus tard.


C'était aujourd'hui ! - Page 6 7bde6e5279537144ec005acd2c3bd33f--ascended-masters-st-thomas

_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Lun 31 Déc - 18:47

31 décembre 1898 : les antidreyfusards fondent la Ligue de la patrie française.

En réponse à la Ligue des droits de l’homme, les nationalistes antidreyfusards, des intellectuels, des académiciens, tels que François Coppée, Jules Lemaître et Paul Bourget, des membres de l’Institut de France, des artistes, des écrivains en vue comme Maurice Barrès, des peintres comme Edgar Degas et Auguste Renoir, des romanciers comme Jules Verne, des poètes, de musiciens, des peintres et artistes comme Frédéric Mistral ou Théodore Botrel se regroupent dans la Ligue de la patrie française. Elle cherche avant tout à défendre l’honneur de la patrie et de l’armée. La ligue comptera jusqu’à 300 000 membres avant de se dissoudre en 1905.




C'était aujourd'hui ! - Page 6 Dreyfu10

_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Sam 12 Jan - 12:46

12 janvier 1871 : l’armée de la Loire perd la bataille d’Auvours.

Alors que Paris est encerclé, Gambetta s’est échappé pour lever des troupes. Soixante à quatre-vingt mille mobilisés bretons, formant l’armée de Bretagne, sont rassemblés dans le camp de Conlie, près du Mans. Mal vêtus, sans aucun approvisionnement, tant alimentaire que militaire, installés dans la boue et des conditions lamentables, ils deviennent bientôt la proie de maladies (fièvre typhoïde, variole…). Gambetta les considère comme des « Chouans potentiels ». Il donne l’ordre de ne pas les équiper ou alors avec 4 000 vieux fusils à percussion de modèles différents, parfois rouillés, et dont les plus modernes datent de la guerre de Sécession.

Gambetta ayant reçu de l’arsenal de Brest l’information qu’il disposait de 3200 chassepots, mais n’avait plus de fusil à percussion, donne aux Brestois, avec un humour particulièrement noir, l’autorisation de livrer des armes à Kératry, mais uniquement des fusils à percussion!

Les munitions manquent ou sont incompatibles. Et quand elles pourraient fonctionner, l’eau les a délavées. Le général de Kératry, un député républicain de la gauche de l’époque, scandalisé par les conditions imposées à ses troupes, par le Gouvernement de Défense Nationale, demande à être relevé de son commandement.

Alors que cette armée ne devait être qu’une armée de réserve, le général Chanzy qui commande toute l’armée de la Loire, partageant la haine des « chouans » de Gambetta, les place à la pointe de la défense française. La veille Gambetta fait livrer aux soldats qui ont vécu deux mois dans un enfer digne d’un camp de concentration nazi, soit les 19 000 hommes restant, des fusils Springfield rouillés et des cartouches avariées. Dans certains cas, certaines de ces armes explosaient au moment du tir.

Bien que durement affectés par les combats, les Bretons sont obligés de reculer car c’est tout le dispositif de Chanzy qui vole en éclats sous les coups des Prussiens, dont l’effort décisif est porté sur les Breton. Chanzy les rend responsable de la défaite. Les soldats, épuisés par deux mois de privations, mal armés, presque pas préparés, sont taillés en pièces dans la nuit du 11 au 12 par la 20e division prussienne du général von Krautz-Koschlau.

Le général de Lalande, devant une commission d’enquête parlementaire, déclare plus tard :

« Je crois que nous avons été sacrifiés. Pourquoi? Je n’en sais rien. Mais j’affirme qu’on n’aurait pas dû nous envoyer là, parce que l’on devait savoir que nous n’étions pas armés pour faire face à des troupes régulières. »

Ces 80 000 hommes, armés entraînés et équipés auraient sans nul doute renversé le rapport de force et permit à la France de négocier dans des conditions autres, que celles qui eurent lieu à Versailles.


C'était aujourd'hui ! - Page 6 550px-Bataille_d%27Auvour
La Bataille d'Auvours peinte par Lionel Royer

_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Mer 6 Fév - 14:38

6 février 1934 :  Manifestation antiparlementaire organisée à Paris devant la Chambre des députés


Fiers patriotes, anciens combattants, Camelots, sympathisants ou Ligueurs d'Action Française, qui souhaitant arracher la France aux griffes des escrocs et des voleurs, furent assassinés par la République, le 6 Février 1934.

- AUFSCHNEIDER Alphonse, mort pour la France
De Schiltigheim (Bas-Rhin), 37 ans, valet de chambre, tué d’une balle au cœur près de la place de la Concorde. Il était Ligueur d’Action française.
- CAMBO COSTA, mort pour la France
42 ans, d’origine hellénique, naturalisé Français, musicien sans travail, mort le 9 février des multiples blessures reçues dans la nuit du 6. Allié d’Action française.
- CHEYNIER LE JOUHAN DE NOBLENS Gratien, mort pour la France
55 ans, industriel, ancien combattant, frère de trois combattants morts pour la France, marié et père d’un enfant de 7 ans ½, membre de la Solidarité française. Atteint d’une balle entre les yeux.
Il fut frappé et piétiné avec un acharnement bestial, comme le prouvent les nombreuses contusions et fractures du crâne, du nez et de la mâchoire que l’on releva sur lui. Il décéda quelques heures après son transport à l’hôpital Beaujon.
- COUDREAU Raymond, mort pour la France
49 ans, commis-livreur dans une mercerie en gros ; n’appartenant à aucune association politique, veuf et père de six enfants, dont deux en bas âge.
- ETHEVENEAUX Louis, mort pour la France
25 ans, garçon charcutier, reçut, près de la Madeleine, un coup de matraque d’un policier et mourut d’une fracture du crâne.
- FABRE Jean-Eloi, mort pour la France
Etudiant en médecine, interne à l’hôpital Saint-Joseph, membre des Jeunesses patriotes, tué d’une balle au cœur devant le pont de la Concorde. Il avait été blessé en 1925, lors d’un guet-apens organisé rue Damrémont par les communistes.
- GARNIEL Lucien, mort pour la France
Garçon boucher, 16 ans, blessé d’une balle qui l’atteignit à la colonne vertébrale, mort le 1er novembre, après une longue et douloureuse agonie.
- Mlle GOURLAND Corentine, morte pour la France
Femme de chambre, 34 ans, tuée d’une balle à la tête sur la terrasse de l’hôtel Grillon, place de la Concorde.
- JAVEY André, mort pour la France
39 ans, n’appartenant à aucune association politique, ancien combattant, blessé aux Eparges, croix de guerre. Succomba à ses blessures le 11 février.
- LABOUCHEIX Marius, mort pour la France
Directeur administratif de la société « L’Energie industrielle », ancien combattant, laisse deux orphelins, frappé d’une balle en arrivant près de la place de la Concorde.
- LALANDE Raymond, mort pour la France
Menuisier et tapissier d’autos, 24 ans. Atteint sur la place de la Concorde d’une balle qui lui fit éclater le tibia. Succomba des suites de sa blessure le 5 février 1936. S’était inscrit aux Camelots du Roi après le 6 février.
- LAMMERT Henri, mort pour la France
31 ans, officier mitrailleur de réserve, gérant d’un hôtel meublé appartenant à ses parents. Ne faisant partie d’aucune association politique. Tué d’une balle dans le dos, sur la place de la Concorde. Il laissait une veuve sur le point d’accoucher.
- LECOMTE Jules, mort pour la France
35 ans, engagé dans la marine à 19 ans embarqué sur les patrouilleurs de la division de la Loire, ouvrier à l’usine Renault, succomba le 12 février, ayant reçu une balle dans le ventre. Marié, sans enfant, il était Ligueur d’Action française et chef d’équipe de Camelots du Roi.
- LIEVIN Charles, mort pour la France
Cuisinier, 34 ans, blessé le 6 février 1934 d’une balle à la colonne vertébrale, mort le 6 décembre 1935, après vingt et un mois d’atroces souffrances, laissant une femme sans ressources.
- MEZZIANE Galli, mort pour la France
28 ans, mahométan, membre de la Solidarité française, manœuvre en chômage, écrasé par un camion de la police lancé à toute allure, puis achevé à coup de pied et de matraque. Mort le 7 février.
- MOPIN Jean, mort pour la France
24 ans, atteint à la colonne vertébrale, mort le 7 décembre d’une infection généralisée, après de longs mois de souffrances héroïquement supportées. Il a été inhumé à Compiègne.
- MUNNIER Albert, mort pour la France
27 ans, comptable, depuis quelques mois sans travail, tué d’une balle de révolver dans la tête, rue Boissy-d’Anglas. Il était marié et père d’un bébé de 18 mois.
- PEUZIAT René-Alain, mort pour la France
29 ans, frère du champion cycliste, n’appartenant à aucune association politique.
- ROSSIGNOL Raymond, mort pour la France
37 ans, industriel, ancien combattant, membre des Jeunesses patriotes, officier de réserve de cavalerie, marié, père d’un enfant de 12 ans, tué d’une balle de révolver en pleine tête devant le pont de la Concorde.
- ROUBAUDI Georges, mort pour la France
36 ans, industriel, directeur d’une grande maison d’importation et d’exportation de soierie occupant 200 ouvriers, ancien combattant, engagé volontaire à 17 ans, croix de guerre avec deux citations, marié et père de trois enfants dont l’aîné n’avait pas 6ans. Ligueur d’Action française et membre de l’Association Marius Plateau.
- SOUGARY Alfred, mort pour la France
30 ans, dessinateur, membre de l’Association des Décorés de la Légion d’honneur au péril de leur vie, fut tué à coups de matraque et relevé la colonne vertébrale complètement disloquée.
- VAURY Henri, mort pour la France
39 ans, ancien combattant.




_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Alpha55 le Ven 8 Fév - 9:46

La république ne changera pas ! Le 26 mars 1962, elle fit fusiller rue d'Isly à Alger la foule pacifique qui chantait la Marseillaise ! Bilan: 80 morts et plus de 200 blessés !
Alpha55
Alpha55
Postulant
Postulant

Messages : 326
Date d'inscription : 22/01/2018
Localisation : Les Angles

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par ganem le Ven 8 Fév - 14:41

Alpha55 a écrit:La république ne changera pas ! Le 26 mars 1962, elle fit fusiller rue d'Isly à Alger la foule pacifique qui chantait la Marseillaise ! Bilan: 80 morts et plus de 200 blessés !

https://youtu.be/foYBK3grxyw

ganem
ganem
Maître
Maître

Messages : 2220
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Alpha55 le Dim 17 Fév - 16:04

Merci Ganem ! Tous les ans nous commémorons ce 26 mars au cimetière Saint Véran à Avignon, Stèle du Souvenir français...
Alpha55
Alpha55
Postulant
Postulant

Messages : 326
Date d'inscription : 22/01/2018
Localisation : Les Angles

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Alpha55 le Dim 17 Fév - 16:09

Le bilan "officiel" fait état bien sur de 46 morts, mais oublie de mentionner tous les morts qui furent déposés, soit dans les cliniques voisines, soit directement à leurs domiciles.
Les morts "officialisés" furent ceux qui se retrouvèrent, nus et empilés, dans les locaux de la morgue de l'hôpital Mustafa à Alger...
Alpha55
Alpha55
Postulant
Postulant

Messages : 326
Date d'inscription : 22/01/2018
Localisation : Les Angles

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Mer 22 Mai - 23:55

23 mai 1430 : Sainte Jeanne d'Arc est capturée à Compiègne


C'est un mercenaire au service du Duc de Bourgogne, Jean de Luxembourg, qui la capture lors d'une sortie aux portes de Compiègne. Dans l'église Saint Jacques, une plaque en marbre rappelle que sainte Jeanne d'Arc y a suivi sa derrière messe de femme libre, le 23 mai 1429 au matin.

Elle essaye de s'échapper par deux fois, mais échoue. Elle se blesse même sérieusement en sautant par une fenêtre. Elle est rachetée par les Anglais pour 10 000 livres et confiée à Pierre Cauchon, évêque de Beauvais et allié des Anglais. Ce dernier la condamne à être brulée vive lors d'un procès inique en 1431. Son procès est l'un des plus importants de l'Histoire. Dans toutes ses paroles on sent une intimité étroite avec le monde surnaturel. Sur les anges, par exemple :

"Ils viennent beaucoup de fois entre les chrétiens, et je les ai beaucoup de fois vus entre les chrétiens."


Lorsqu'on lui demande si elle est en état de grâce pour la perdre, elle répond :

"Si je n'y suis, Dieu m'y mette; si j'y suis, Dieu m'y garde."


Elle suit ainsi son Sauveur jusqu'à l'offrande totale d'elle-même, le 30 mai 1431 à Rouen où elle est brûlée vive à l'âge de 19 ans. Ses dernières paroles sont :

"Saint Michel ! Sainte Marguerite ! Sainte Catherine ! Mes voix ne m'ont pas menti ! Ma mission était de Dieu ! Jésus, Jésus…


Elle est réhabilitée en 1456.



C'était aujourd'hui ! - Page 6 Jeanne14

_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par ganem le Sam 25 Mai - 11:11

Jeanne d'Arc n'avait rien contre les anglais mais elle les préférait chez eux.

On peut imaginer que si elle vivait en France aujourd’hui, elle inviterait les mahométans soit à se convertir soit quitter la France.
ganem
ganem
Maître
Maître

Messages : 2220
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation:
Francs: 0

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Alpha55 le Dim 26 Mai - 9:02

A moins qu'elle se soit convertie...
Alpha55
Alpha55
Postulant
Postulant

Messages : 326
Date d'inscription : 22/01/2018
Localisation : Les Angles

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Mar 18 Juin - 0:26

18 juin 1940 : "l'appel du 18 juin"



C'était aujourd'hui ! - Page 6 Degaul10


"Avant l’Appel du 18 juin, De Gaulle qui a connu ces derniers jours une ascension météorique, général de brigade (à titre provisoire) et sous-secrétaire d’État à la défense, a réfléchi à au moins deux scénarios. Le premier, stratégique, s’appelle le "réduit breton" ou comment l’armée française doit transformer en place-forte inexpugnable la Bretagne, comme base de reconquête militaire du territoire.
Le deuxième scénario est politiquement ambitieux mais chimérique : sur l’impulsion de Jean Monnet et de Keynes, on songe, et le général de Gaulle en défend le principe, à une fusion France-Angleterre. Les deux pays et leur empire respectif fusionnant peuvent mettre à bas l’ennemi hitlérien. Mais les transformations macro-politiques (commandement, monnaie) sont telles d’une part, les Anglais peu enclins à envoyer des troupes dans une France dévastée d’autre part, que le rêve s’évanouit dans les tractations.
Résistance toute : le Général joue son coup de poker le 16 juin, décidant de rejoindre Londres. En France on se bat jusqu'au 21 juin... Malgré la déclaration malheureuse et ambiguë du 17 juin que prononce le Maréchal Pétain dans son discours radiophonique, envisageant l’armistice et commettant une grande erreur de communication politique avec la fameuse phrase "c’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat..." , sans plus de précision.


Il faut savoir que quasiment personne n'a entendu l'appel du 18 juin lors de sa diffusion, tout simplement parce qu'il fut lancé par l'intermédiaire de la BBC, une radio anglaise. Environ 10 000 personnes auraient entendu l'appel du 18 juin, mais ce chiffre est très approximatif et sans grande fiabilité. Par ailleurs, il était considéré comme si peu important à l'époque qu'aucun enregistrement n'existe. En revanche, celui du 22 juin, soit 4 jours après, nous est parvenu. En Angleterre, le nombre de soldats français est estimé a environ 340 000, qui étaient présents (avaient fuit la débâcle) avant la venue de de Gaulle. Il s'en servira pour créer son armée, mais la plupart ne le suivront pas. Et  Beaucoup de ces soldats suivaient de Gaulle non pas par admiration, mais tout simplement par qu'ils refusaient l'armistice et souhaitaient avant tout libérer la France de l'occupation allemande. En décembre 1942, de Gaulle aura à sa disposition seulement 73 300 hommes volontaires au sein des Forces Françaises Libres. Du côté des pétainistes, le nombre de membres affiliés aux Chantiers de la jeunesse était d'environ 1 200 000 en 1941. Parmi toutes ces personnes, plus de 600 000 participeront à la libération de la France, dont Delattre de Tassigny, soit bien plus de soldats que ceux aux ordres de De Gaulle. En parlant de Delattre de Tassigny, nous ne pouvons pas faire l'impasse sur la composition de la 1ère armée française qu'il dirigea. En effet, sur les sept divisions que comprendra cette armée, une seule sera commandée par un gaulliste, le général Brosset. Sur les six autres, quatre sont des pétainistes qui ont fait parti de l'Armée de l'armistice, c'est-à-dire Magnan, Monsabert, Touzet du Vigier et Vernejoul. Et encore, je ne prends pas en compte le nombre de soldats intégrés à l'Armée d'Afrique du Nord, les Français les plus admirables selon les Américains. Les pétainistes ont donc contribué davantage que les gaullistes à la remise en place d'une armée française puis à la libération de la France, et les chiffres sont là pour le constater. Néanmoins, l'appel du général de Gaulle a une importance symbolique pour la France, énonçant que la guerre n'était pas terminée et permettant aux Français de garder un espoir pour la suite des évènements. Malgré tout, l'importance historique est moindre, tout simplement parce que l'appel passa presque inaperçu à l'époque.

Le début d'une guerre franco-française

En septembre 1940, c’est-à-dire trois mois après l'Appel du 18 juin, deux mois après la bataille de Mers el-Kébir, et un mois après le ralliement de l'Afrique Equatoriale Française (AEF), l’autoproclamé chef de la résistance Charles de Gaulle et le Premier ministre britannique Winston Churchill pensaient pouvoir prendre le contrôle politique et militaire de l'Afrique Occidentale Française (AOF) qui obéissait au Gouvernement de Vichy. Cela a engendré la Bataille de Dakar, premier acte de la guerre franco-française, et opération qui aura de lourdes conséquences sur la suite du conflit mondial."

_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Alpha55 le Mar 18 Juin - 17:16

Merl1 a écrit:18 juin 1940 : "l'appel du 18 juin"



C'était aujourd'hui ! - Page 6 Degaul10


"Avant l’Appel du 18 juin, De Gaulle qui a connu ces derniers jours une ascension météorique, général de brigade (à titre provisoire) et sous-secrétaire d’État à la défense, a réfléchi à au moins deux scénarios. Le premier, stratégique, s’appelle le "réduit breton" ou comment l’armée française doit transformer en place-forte inexpugnable la Bretagne, comme base de reconquête militaire du territoire.
Le deuxième scénario est politiquement ambitieux mais chimérique : sur l’impulsion de Jean Monnet et de Keynes, on songe, et le général de Gaulle en défend le principe, à une fusion France-Angleterre. Les deux pays et leur empire respectif fusionnant peuvent mettre à bas l’ennemi hitlérien. Mais les transformations macro-politiques (commandement, monnaie) sont telles d’une part, les Anglais peu enclins à envoyer des troupes dans une France dévastée d’autre part, que le rêve s’évanouit dans les tractations.
Résistance toute : le Général joue son coup de poker le 16 juin, décidant de rejoindre Londres. En France on se bat jusqu'au 21 juin... Malgré la déclaration malheureuse et ambiguë du 17 juin que prononce le Maréchal Pétain dans son discours radiophonique, envisageant l’armistice et commettant une grande erreur de communication politique avec la fameuse phrase "c’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat..." , sans plus de précision.


Il faut savoir que quasiment personne n'a entendu l'appel du 18 juin lors de sa diffusion, tout simplement parce qu'il fut lancé par l'intermédiaire de la BBC, une radio anglaise. Environ 10 000 personnes auraient entendu l'appel du 18 juin, mais ce chiffre est très approximatif et sans grande fiabilité. Par ailleurs, il était considéré comme si peu important à l'époque qu'aucun enregistrement n'existe. En revanche, celui du 22 juin, soit 4 jours après, nous est parvenu. En Angleterre, le nombre de soldats français est estimé a environ 340 000, qui étaient présents (avaient fuit la débâcle) avant la venue de de Gaulle. Il s'en servira pour créer son armée, mais la plupart ne le suivront pas. Et  Beaucoup de ces soldats suivaient de Gaulle non pas par admiration, mais tout simplement par qu'ils refusaient l'armistice et souhaitaient avant tout libérer la France de l'occupation allemande. En décembre 1942, de Gaulle aura à sa disposition seulement 73 300 hommes volontaires au sein des Forces Françaises Libres. Du côté des pétainistes, le nombre de membres affiliés aux Chantiers de la jeunesse était d'environ 1 200 000 en 1941. Parmi toutes ces personnes, plus de 600 000 participeront à la libération de la France, dont Delattre de Tassigny, soit bien plus de soldats que ceux aux ordres de De Gaulle. En parlant de Delattre de Tassigny, nous ne pouvons pas faire l'impasse sur la composition de la 1ère armée française qu'il dirigea. En effet, sur les sept divisions que comprendra cette armée, une seule sera commandée par un gaulliste, le général Brosset. Sur les six autres, quatre sont des pétainistes qui ont fait parti de l'Armée de l'armistice, c'est-à-dire Magnan, Monsabert, Touzet du Vigier et Vernejoul. Et encore, je ne prends pas en compte le nombre de soldats intégrés à l'Armée d'Afrique du Nord, les Français les plus admirables selon les Américains. Les pétainistes ont donc contribué davantage que les gaullistes à la remise en place d'une armée française puis à la libération de la France, et les chiffres sont là pour le constater. Néanmoins, l'appel du général de Gaulle a une importance symbolique pour la France, énonçant que la guerre n'était pas terminée et permettant aux Français de garder un espoir pour la suite des évènements. Malgré tout, l'importance historique est moindre, tout simplement parce que l'appel passa presque inaperçu à l'époque.

Le début d'une guerre franco-française

En septembre 1940, c’est-à-dire trois mois après l'Appel du 18 juin, deux mois après la bataille de Mers el-Kébir, et un mois après le ralliement de l'Afrique Equatoriale Française (AEF), l’autoproclamé chef de la résistance Charles de Gaulle et le Premier ministre britannique Winston Churchill pensaient pouvoir prendre le contrôle politique et militaire de l'Afrique Occidentale Française (AOF) qui obéissait au Gouvernement de Vichy. Cela a engendré la Bataille de Dakar, premier acte de la guerre franco-française, et opération qui aura de lourdes conséquences sur la suite du conflit mondial."

Si je ne suis pas d'accord avec le chiffre annoncé de 340.000 soldats français présents en Angleterre en juin 1940 (Je l'estime nettement infèrieur) je suis d'accord avec cette idée farfelue de réaliser un "réduit breton", ou de faire de la France une "province" anglaise, ou encore de faire aller en Algérie 300.000 soldats pour reconstituer une armée de reconquête.
Un réduit Breton ? Comment construire des fortifications mettant à l'abri la péninsule armoricaine alors que des panzerdivisionen sont déjà arrivées au Havre et traversent la Seine ? Il faut tout de même un minimum de temps pour construire un "mur" et regrouper en Bretagne suffisamment de troupes pour le défendre !
Faire de la France une province anglaise ? Mais tout s'y oppose ! Et le Royaume Uni est un royaume ! Et ce serait mettre la France aux ordres de Churchill. Imaginez l'attitude des Allemands…
Tout comme cette idée de regrouper dans les ports méditerranéens ces 300.000 hommes qui se battent encore du côté de la Loire et dans la Vallée du Rhône… Et puis, nous n'avions pas le nombre de navires nécessaires !
Cela dit, Vichy, a déjà envoyé en AFN le général Weygand, dont la mission sera de reconstruire une armée avec les troupes dont il disposera sur place et qu'il mobilisera avec la participation des Chantiers de Jeunesse. C'est Weygand et après lui, le général Juin, qui construiront cette Armée d'Afrique qui eut ses heures de gloire en Italie, en Provence et jusqu'en Alsace ! Les FFL du général (toujours à titre temporaire) De Gaulle essaieront, en vain, de débaucher les officiers formés en Afrique, en leur faisant miroiter des promotions mieux rémunérées, ce qui est tout à fait scandaleux !
Comme le crime de Mers-el-Kébir (1200 marins français tués par la flotte anglaise) l'affaire de Dakar qui fut un échec pour De Gaulle, aurait pu valoir une déclaration de guerre contre l'Angleterre. Mais Pétain s'y refusa, parce qu'il tenait à considérer malgré tout, les Anglais comme des alliés !
Quand à "l'appel" du 18 juin , que personne ou presque ne pu recevoir en France, le texte qui a été publié et diffusé dans toutes les écoles depuis 1945, n'a rien à voir avec l'original placardé dans les rues de… Londres !  Il n'appelle pas les Français à la Résistance, mais il demande aux Français se trouvant sur le territoire britannique à prendre contact avec Lui ! Là encore De Gaulle protège son avenir ne sachant pas trop qui il conviendra de servir …
Alpha55
Alpha55
Postulant
Postulant

Messages : 326
Date d'inscription : 22/01/2018
Localisation : Les Angles

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Jeu 20 Juin - 15:31


20 juin 1940 : les communistes français profitent de l’arrivée de leurs alliés allemands en France.


Six jours après l’entrée des Allemands dans Paris, les communistes sollicitent de la »Propaganda Staffel»l’autorisation de faire reparaître L’Humanité. Le journal est interdit de parution depuis que le Parti communiste a été dissous par le gouvernement Daladier le 26 septembre 1939. Un peu plus tard, le même gouvernement Daladier a fait arrêter les 27 députés communistes ; déchus de leur mandat en février 1940, et les a internés en Algérie. Giraud les fait libérer en 1943, et en avril 1944, l’un d’entre eux entre au Comité français de Libération nationale.

Un carnet de notes saisi par la police française sur une militante communiste, Denise Ginollin, arrêtée le 20 juin 1940, et retrouvé sous scellés aux Archives de Paris donne l’argumentaire pour la négociation entre Maurice Tréand, responsable PCF, et Otto Abetz, représentant de Von Ribbentrop, ministre des Affaires étrangères allemand, visant la reparution de l’Humanité et la légalisation du PCF.

« Vous avez laissé paraître journaux communistes dans d’autres pays: Danemark, Norvège, Belgique. Sommes venus normalement demander autorisation… Sommes communistes, avons appliqué ligne PC. Sous Daladier, Reynaud, juif Mandel. Juif Mandel nous a emprisonnés et [a] fusillé des ouvriers qui sabotaient Défense Nationale… Pas cédé face dictature juif Mandel et du défenseur des intérêts capitalistes anglais Reynaud… Notre défense du pacte (germano-soviétique) vous a avantagé. Pour l’URSS nous avons bien travaillé, par conséquent par ricochet pour vous. »

À la fin juin 1940, Denise Ginollin est agent de liaison du petit groupe (isolé) de direction du Parti communiste clandestin qui effectue des démarches après de l’armée allemande pour la parution légale de L’Humanité. Elle est arrêtée par la police française le 20 juin à 20 h 30, près de la station de métro Saint-Martin lors d’un rendez-vous avec Maurice Tréand, porteuse de nombreux documents liés à cette négociation. Interrogée, elle est ensuite écrouée à la prison de la Petite-Roquette. Le 25 juin, ils sont libérés sur ordre des autorités d’occupation et les pourparlers reprennent, puis ralentissent avant de s’interrompre définitivement à la fin août. Maurice Tréand et Denise Ginollin retournent à leurs activités clandestines.


C'était aujourd'hui ! - Page 6 3416
Denise Ginollin "Député" communiste du 21 octobre 1945 au 4 juillet 1951

_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Alpha55 le Jeu 20 Juin - 19:11

Il y eu ce tract du PCF demandant aux "ouvriers" français de fraterniser avec le soldat allemand en 1940 !
Alpha55
Alpha55
Postulant
Postulant

Messages : 326
Date d'inscription : 22/01/2018
Localisation : Les Angles

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Ven 28 Juin - 12:57

28 juin 1919 : signature du Traité de Versailles.

Le traité mettant fin à la Première Guerre mondiale est signé dans la galerie des Glaces du château de Versailles, entre l’Allemagne et les Alliés ; au même endroit où le IIe Reich allemand a été proclamé par Bismarck et Guillaume Ier en 1871…

Préparé par les vainqueurs, Clemenceau, Lloyd George, Orlando (pour l’Italie, qui est plus concernée par le Traité de Trianon) et Wilson, il est pétri de philosophie maçonnique et contient les germes de la seconde guerre mondiale. Il impose notamment à l’Allemagne, la restitution de l’Alsace-Lorraine, la création du “couloir de Dantzig” donnant à la Pologne un accès à la mer, la limitation du potentiel militaire et le versement de 20 milliards de marks-or, la perte des colonies allemandes.

L’original est confisqué par les nazis en 1940, récupéré par les soviétiques et envoyé à Moscou en 1945, où il est toujours. En Allemagne, ce “diktat ” sera vécu comme une humiliation et fera naître un sentiment de revanche. Ce traité pose aussi les bases de la de la création de la Société des Nations (SDN), pour arbitrer et résoudre les conflits entre États en lieu et place du « Concert des Nations », héritier des Traités de Westphalie et de Vienne.


C'était aujourd'hui ! - Page 6 6a00d83451619c69e201b8d1f9b7b3970c

_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Alpha55 le Dim 30 Juin - 9:15

Tu as raison, ce "Traité de Versailles" comportait en germe, la future guerre de 39/40 ! D'autant plus que les puissances "alliées", vainqueurs de 1918, laissèrent la fragile République de Weimar se démerder avec les révolutionnaires bolcheviques...
Alpha55
Alpha55
Postulant
Postulant

Messages : 326
Date d'inscription : 22/01/2018
Localisation : Les Angles

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Mar 2 Juil - 23:23

2 juillet 1816 : naufrage de “La Méduse”.


Sur la route du Sénégal, une des plus belles embarcations de la marine française, la frégate “La Méduse”, s’échoue sur les récifs d’Arguin avec 395 personnes à son bord. Faute de canots de sauvetage, l’équipage se réfugie en partie sur un radeau de fortune de 20 mètres de long sur 7 mètres de large, amarré à un canot remorqueur. Les amarres se coupent, le radeau part alors à la dérive avec 150 hommes et une femme. 12 jours plus tard l’embarcation est découverte avec 15 survivants. Les autres ont été jetés à la mer ou même mangés par les autres occupants.


C'était aujourd'hui ! - Page 6 6a00d83451619c69e2022ad39c76c5200b
“Le radeau de la Méduse” par Théodore Géricault



_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Mer 3 Juil - 23:32

4 juillet 1940 : l'Humanité reparait clandestinement.

On y lit ce jour : « Il est particulièrement réconfortant en ces temps de malheurs, de voir de nombreux travailleurs parisiens s'entretenir amicalement avec les soldats allemands soit dans la rue, soit au bistrot du coin. Bravo camarades, continuez, même si cela ne plait pas à certains bourgeois aussi stupides que malfaisants.»

(Cité par François Maris Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs, Editions de Chiré, pages 208 et 209)

_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Mer 3 Juil - 23:35

4 juillet 1187 : bataille de Hattin.

Près du lac de Tibériade, en Galilée, se rencontrent l'armée croisée du royaume chrétien de Jérusalem, dirigée par Guy de Lusignan, et celle de Saladin. Ce dernier remporte une victoire écrasante, qui lui ouvre les portes de la Palestine. Après la grandeur et la sainteté du roi Baudouin IV, qui malgré un rapport de forces très défavorable, a toujours réussi à préserver le royaume Franc, les tensions et bassesses de son successeur Guy de Lusignan et de chevaliers comme Renaud de Châtillon ou Gérard de Ridefort, ont raison de l'unité des Francs. Saladin, qui n'a jamais vaincu le roi lépreux, écrase la dernière armée du royaume de Jérusalem. Le nom persiste mais la capitale devient St Jean d'Acre.


4 juillet 1190 : départ de Vézelay de Philippe Auguste, et de Richard Cœur de Lion pour la troisième croisade.

Saladin a conquit Jérusalem, le 2 octobre 1187 et le pape Grégoire VIII souhaite reconquérir des territoires Saints. Il demande aux rois d'Angleterre, de France et à l'empereur d'Allemagne de partir en croisade. Les deux premiers, s'étant donné rendez-vous à Vézelay, quittent le sanctuaire pour Gênes et Marseille. L'empereur Frédéric Barberousse a déjà pris la route.
La troisième croisade, qui débuta en 1189 et s'acheva en 1192 a permis la reprise d’un certain nombre de ports de Terre sainte, mais n’a pas permis la reconquête de l’arrière-pays, ni la reprise de Jérusalem. Cependant, la libre circulation à Jérusalem fut autorisée aux pèlerins et marchands chrétiens.


C'était aujourd'hui ! - Page 6 260px-Map_Crusader_states_1190-fr.svg

_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Merl1 le Sam 6 Juil - 3:40

6 juillet 1885 : Louis Pasteur pratique la première vaccination contre la rage sur le jeune Joseph Meister.

Louis Pasteur vaccine pour la première fois contre la rage un petit berger alsacien de 9 ans prénommé Joseph Meister. L'enfant est sauvé. Fort de son succès, le biologiste réalise plus de 350 inoculations dans l'année. Il profite alors de sa renommée pour lancer une souscription qui permet de créer l'institut qui porte son nom.

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Lui-paster-biografiya-i-dostizheniya_5

_________________
ultima ratio regum
   
Merl1
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 12850
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
C'était aujourd'hui ! - Page 6 Left_bar_bleue0/0C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty_bar_bleue  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.
Francs: 2

Revenir en haut Aller en bas

C'était aujourd'hui ! - Page 6 Empty Re: C'était aujourd'hui !

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum