Forum politique France online
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !

Macron, le président des nomades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Macron, le président des nomades

Message par Merl1 le Jeu 19 Oct - 21:28


Macron, le président des nomades

La vie politique de chaque pays est naturellement rythmée par la discussion et l’adoption par le Parlement du budget de la nation puisque c’est lui qui décide des grands engagements annuels et pluriannuels de l’État. Ou, devrions-nous dire plutôt, «  "était naturellement rythmée"  », puisque, depuis l’adoption sous Sarkozy, en 2011, du traité budgétaire européen, ce n’est plus ni le Gouvernement français qui présente, ni le Parlement français qui discute librement, avant de l’adopter, le budget de la France, mais Bruxelles (et donc Berlin) qui l’avalise avant même sa présentation devant le Parlement français, Bercy l’ayant concocté sous le regard inquisiteur de la Commission européenne. Aussi Jean-Claude Juncker, son président, peut-il donner un satisfecit enthousiaste au projet présenté cette semaine à l’Assemblée par le Gouvernement comme un maître d’école donne un bon point à un bon élève. Le plus grave est que nos gouvernants, Macron en tête, loin de ressentir une telle approbation comme une humiliation pour notre pays, l’ont servilement recherchée. Avec Macron, cette servilité est même frénétique  : son aliénation mentale européiste, qui le fait militer – seul en Europe  ! – pour le remplacement de la souveraineté nationale par une hypothétique souveraineté européenne, lui fait voir en effet «  "dans le dépassement de la nation un devoir d’époque et une mission presque sacrée"  » (Mathieu Bock-Côté, Figaro Vox, 12 octobre). Telle est bien la vérité de son progressisme qu’il assimile à un sens de l’histoire.

L’Europe comme terre promise

L’opinion publique n’en avait pas moins besoin d’être rassurée. Car on a beau se proclamer le prophète, ou plutôt, le «  "pionnier"  » – l’imaginaire de Macron est américain – de l’Europe comme nouvelle terre promise, ces grands enfants que sont les peuples ont besoin de «  "pédagogie"  », laquelle ajoute, au mensonge de la démagogie, l’infantilisation des citoyens. C’est pourquoi celui qui refuse une «  "présidence bavarde"  » et veut préserver une «  "parole présidentielle" [qui] "garde de la solennité"  », s’étant aperçu qu’il perdait en popularité, a pensé qu’il était temps de descendre de son Olympe et de passer, comme un vulgaire président normal, au JT de 20 heures sur TF1, le dimanche 15 octobre, pour expliquer, dans la mesure du possible, tant aux «  "illettrés"  » qu’à «  "ceux qui ne sont rien"  » et qui, de ce fait, «  "foutent le bordel"  », le sens de la solennité de sa parole comme celui de sa politique.

Les Français n’auront toutefois rien appris, sinon qu’il est «  "un enfant de la province"  », qu’il fait ce qu’il dit, qu’il pense à «  "la France qui souffre"  », qu’il veut «  "en même temps qu’on libère et qu’on protège"  » – mais pas qu’on insère  ? – et, qu’enfin, il «  "ne croi[t] pas au ruissellement mais à la cordée"  » (sic), ce qui est peut-être préférable, en effet, au moment où l’on dévisse (dans les sondages). N’avait-il pas déclaré dans un entretien à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, publié deux jours auparavant, qu’ «  "en forçant le trait, on pourrait dire que la France est un pays de monarchistes régicides, ou encore que les Français élisent un roi mais qu’ils veulent à tout moment pouvoir le renverser"  »  ? L’arrogance macronienne dissimule une fêlure intime, comme une sourde angoisse, car ce n’est pas la première fois qu’il aborde le sujet. Serait-ce celle de voir sa tête finir au bout d’une pique  ?

La patrie du portefeuille

On aurait tort en tout cas de voir en Macron le «  "président des riches"  ». Laissons cela à une gauche sans imagination ou qui, plutôt, ne sait comment critiquer autrement une politique (impopulaire) qu’elle est heureuse de le voir pratiquer à sa place, puisqu’elle repose sur la même conception d’une société liquide, ennemie de la notion d’enracinement, diabolisé comme identitaire, raciste, nationaliste, etc. Le mensonge présidentiel sur la réforme de l’ISF en est un signe patent. Désormais, seule la propriété immobilière, en sus de quelques gadgets, entrera dans son calcul. Nous ne nous prononcerons pas ici sur l’efficacité, controversée, de cet impôt. Ce qui est significatif, c’est le choix effectué par Macron  : exonérer le capital financier, c’est-à-dire le liquide, aux dépens de l’immobilier, réputé improductif, car enraciné. Et comme s’il s’était aperçu du caractère scandaleux d’un tel choix, il a assorti la mesure d’un mensonge effronté  : «  "si les gens ne réinvestissent pas, ils seront taxés"  », ce qui est faux. À l’heure où nous écrivons, aucune mesure allant dans le sens d’un quelconque patriotisme économique n’est prévue dans le projet de budget. De plus, le serait-elle, que l’Europe nous interdirait de la destiner aux seuls investissements français. Macron n’est pas le président des riches, il est le président des nomades. Ce qui n’est pas la même chose. Il est le président de ceux pour qui le portefeuille tient lieu de patrie et qui habitent non pas une province, une nation – on peut être «  "riche"  » et patriote –, mais les résidences standardisées du village mondial – ou des paradis fiscaux. Mais comment la gauche, même insoumise, pourrait-elle le tacler sur ce point, alors que, tout aussi mondialiste, elle partage les présupposés, notamment immigrationnistes ou sociétaux, de son progressisme déraciné  ? Car la volonté de Macron, réaffirmée sur TF1, de légaliser la PMA «  "pour toutes"  » va dans le même sens d’une société ennemie de tous les enracinements et donc de toutes les identités. Aussi ne doit-on pas s’étonner de cet autre mensonge présidentiel  : «  "Toutes celles et ceux qui, étrangers et en situation irrégulière, commettent des actes délictueux quels qu’ils soient, seront expulsés."  » Là encore, l’Europe, cette fois la Cour européenne des droits de l’homme, interdirait une telle systématicité, qui suppose, de plus, l’accord des pays d’origine. Or Macron n’a pas non plus évoqué un durcissement de notre politique étrangère en ce sens, lequel supposerait que nous nous réaffirmions sur le plan international autrement qu’en faisant élire une Française à la tête de l’Unesco au moment où les États-Unis quittent l’organisation, ou, surtout, qu’en recevant à Paris les JO de 2024… après le désistement de toutes les autres villes candidates.

L’exemple de l’Autriche

Ce même dimanche où Jupiter s’exprimait sur TF1, la victoire du Parti populaire autrichien (ÖVP) aux législatives, mené par Sebastian Kurz, lui a donné un sacré coup de vieux  ! Voilà que la jeunesse est du côté des conservateurs – à trente et un ans, Kurz sera le plus jeune dirigeant européen – et non du côté des nomades, dont le président se trouve quelque peu ringardisé. Car Kurz a gagné grâce à une campagne menée très à droite, anti-migrants, sans toutefois laminer les populistes du FPÖ, qui ont obtenu plus de 26  %, et avec lesquels il pourrait gouverner, sans que, cette fois, le Big Brother bruxellois s’en mêle comme en 2000. Comme quoi, les conservateurs autrichiens n’ont pas les pudeurs de jeune fille des Républicains français. De plus, le projet de Macron visant à refonder l’Europe a été totalement ignoré de la campagne électorale autrichienne  : il est en effet «  "assez logique qu’au cours d’une campagne électorale nationale, aucun parti ne [veuille] discuter de la réduction des compétences nationales pour les passer à l’Union européenne"  » (Peter Filzmaier, politologue, Le Monde, 15 octobre). Non que les conservateurs autrichiens soient eurosceptiques ou s’apprêtent sous peu à rejoindre le groupe de Visegrad. Mais, forts d’une vraie identité, ils placent l’Europe à sa juste place. Qui n’est pas la première. Les Autrichiens n’auront pas la chance, c’est vrai, d’avoir un «  "pionnier"  » à la «  "pensée complexe"  » pour chancelier. Ils auront juste un patriote.

François Marcilhac

Paru dans l'Action Française 2000 n° 2964 du 19 Octobre 2017.

_________________
ultima ratio regum
   
avatar
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 11372
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.

http://www.comite-mfga.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Macron, le président des nomades

Message par itsmeagain le Ven 20 Oct - 11:00

a propos des migrants : ce serait tellement facile de faire en sorte qu ils ne s invitent pas en France: leur faire savoir qu ils n auront AUCUNE AIDE !!!

y en aura moins !

mais jupiter a besoin d une main d oeuvre pas chere !!!

itsmeagain
Habitué
Habitué

Messages : 156
Date d'inscription : 24/01/2017

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Macron, le président des nomades

Message par aPOTRE le Ven 20 Oct - 11:08

itsmeagain a écrit:a propos des migrants : ce serait tellement facile de faire en sorte qu ils ne s invitent pas en France: leur faire savoir qu ils n auront AUCUNE AIDE !!!

y en aura moins !

mais jupiter a besoin d une main d oeuvre pas chere !!!
(repris sur la citation d'un autre fil de ganem)
Il est un « SÉDUCTEUR » qui présentera la vérité comme le mensonge et le mensonge comme la vérité, le bon comme le mal, et le mal comme le bon.
avatar
aPOTRE
Maître
Maître

Messages : 2379
Date d'inscription : 11/05/2017
Age : 54
Localisation : saint Etienne

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Macron, le président des nomades

Message par itsmeagain le Ven 20 Oct - 11:45

aPOTRE a écrit:
(repris sur la citation d'un autre fil de ganem)
Il est un « SÉDUCTEUR » qui présentera la vérité comme le mensonge et le mensonge comme la vérité, le bon comme le mal, et le mal comme le bon.

seducteur je ne sais pas mais c est pas un seducteur qui sauvera ce pays !!! prier

itsmeagain
Habitué
Habitué

Messages : 156
Date d'inscription : 24/01/2017

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Macron, le président des nomades

Message par aPOTRE le Ven 20 Oct - 12:06

itsmeagain a écrit:

seducteur je ne sais pas mais c est pas un seducteur qui sauvera ce pays !!! prier
:+11:le seducteur est pour moi  un enjoliveur qui cache la jante de la roue  qui est rouillé et ne montre pas  les boulons , bref cache misère !!!
avatar
aPOTRE
Maître
Maître

Messages : 2379
Date d'inscription : 11/05/2017
Age : 54
Localisation : saint Etienne

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Macron, le président des nomades

Message par Pierre Lequédec le Dim 22 Oct - 1:48

aPOTRE a écrit:
(repris sur la citation d'un autre fil de ganem)
Il est un « SÉDUCTEUR » qui présentera la vérité comme le mensonge et le mensonge comme la vérité, le bon comme le mal, et le mal comme le bon.

Vous parlez de El Seductor qui nie l'existence du réchauffement climatique et qui voudrait expulser les ONG prônant un plus grand respect de la planète ? Si c'est bien de lui je suis parfaitement d'accord avec vous deux. Ce personnage se fiche bien de l'avenir de la terre, et par extension de l'avenir des générations futures.
avatar
Pierre Lequédec
Postulant
Postulant

Messages : 444
Date d'inscription : 13/08/2017

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Macron, le président des nomades

Message par Merl1 le Dim 22 Oct - 3:28

Pierre Lequédec a écrit:Vous parlez de El Seductor qui nie l'existence du réchauffement climatique et qui voudrait expulser les ONG prônant un plus grand respect de la planète ? Si c'est bien de lui je suis parfaitement d'accord avec vous deux. Ce personnage se fiche bien de l'avenir de la terre, et par extension de l'avenir des générations futures.

Il n'est pas du tout prouvé que le réchaufement climatique soit lié aux activités humaines. Le GIEC est une officine politique

L’Optimum Médiéval

L’Optimum Médiéval a été plus chaud que les années que nous connaissons actuellement. L’Histoire apporte des faits. L’an mil fut très chaud et les mémoires semblent l’oublier. Et pourtant si nous appelons le Groenland c’est qu’il fut la Terre Verte selon Eric le Rouge.



Nul ne songe à nier que la colonisation du Groenland par les Vikings à partir de 985 fut rendue possible par l’existence d’un optimum climatique. La disparition de ces mêmes colonies reste quand à elle entourée d’un profond mystère et ses causes semblent complexes sur fond de dégradation climatique. Les établissements vikings ont compté jusqu’à 280 fermes et jusqu’en 1347 des incursions ponctuelles ont eu lieu au Vinland pour se procurer du bois. Mais en 1410, l’une des deux colonies s’était éteinte et en 1540 une expédition trouva la seconde déserte à l’exception d’un cadavre non enfoui. A partir de 1200, la détérioration du climat frappe durement les colonies groenlandaises qui, même pendant l’optimum climatique, n’ont jamais pu subvenir seules à leurs propres besoins. Elles y survivent jusqu’au milieu du XIVème parce que les exportations de produits de luxe vers la Norvège continuent de justifier des courants d’échanges devenus plus dangereux. D’autre part, sachant que le nom“Groenland”, qui signifie “Terre verte”, a été donné en l’an 965 par le Viking Thorvaldsson, dit Erik le Rouge. Impensable de nos jours au XXI eme siècle. Cet optimum climatique était bien supérieur de nos températures actuelles dites si dramatiquement élevées. La baisse des températures vers la fin du XIVeme siècle est une autre histoire, celle du petit age glaciaire.

Durant la période de l’histoire de l’Europe connue sous le nom de Moyen Age, un climat chaud, qui a duré à peu près de 900 à 1200 après J.-C. a dominé la plus grande partie de l’Europe. Cette période a permis à l’homme de s’installer dans des régions qui seraient aujourd’hui considérées comme trop rudes sur le plan climatique. Durant l’Optimum Médiéval, on cultivait l’avoine et l’orge en Islande et la vigne prospérait dans le sud de l’Angleterre. Les forêts canadiennes s’étendaient beaucoup plus loin vers le nord qu’elles ne le font aujourd’hui, les colonies agricoles prospéraient dans les hautes terres du nord de l’Ecosse.

Tandis que l’Europe jouissait de l’Optimum Médiéval, d’autres régions du monde souffraient de toute évidence d’une sécheresse prolongée. Selon une étude achevée récemment, comprenant l’analyse d’anciennes souches d’arbres submergées, la région de la Californie actuelle, aux Etats-Unis, a connu deux sécheresses longues et sévères pendant la plus grande partie de l’Optimum Médiéval.

Les gesticulations de Macron ne changeront rien à la vérité historique. Il faisait donc nettement plus chaud en l’an 1000 qu’en l’an 2000. Le GIEC a commis de graves erreurs. Le réchauffement actuel n’a vraiment rien d’exceptionnel sauf peut être pour notre société qui vit à 100 kmH et dans une recherche continuelle d’un nouveau profit.

http://www.comite-mfga.fr/schwarzenegger-est-a-lelysee-pour-discuter-rechauffement-climatique-avec-macron/

_________________
ultima ratio regum
   
avatar
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 11372
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.

http://www.comite-mfga.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Macron, le président des nomades

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum