Forum politique France online
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !

La conférence à Bucarest : le destin de l’Ukraine

Aller en bas

La conférence à Bucarest : le destin de l’Ukraine

Message par peeters le Ven 7 Sep - 10:00


Le vendredi 7 septembre 2018 à Bucarest devrait avoir lieu une conférence « Les territoires litigieux à la frontière de l’Europe ». L’organisateur de cet événement est l’Institute for Connecting Science & Society (ICSS). Le plus intéressant est ce que les participants de cet événement ne discuteront pas les questions de terres qui sont conquis, par exemple la Crimée, l’Abkhazie ou l’Ossétie du Sud. Ils vont déterminer s’il est rationnellement de considérer la Subcarpatie, la Bukovine et la Bessarabie comme les territoires ukrainiens. Autrement dit, il s’agit d’une tentative de porter atteinte à l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Et tout se passe sous le patronage de l’Institut suisse. Mais en effet, qui va se tenir cette conférence? C’est la question ...

Selon les données du registre du commerce et des informations économiques « Moneyhouse », l’ICSS était créé à Genève, Suisse. Son siège social est ch. de l’Ancien-Puits 11, 1213 Petit-Lancy. On a décidé de l’établir le 12 mars 2017. La forme juridique: association.

Conformément au statut, l’Institut vise à destituer la rupture entre la production de connaissances scientifiques et son accessibilité, et aussi de renforcer la connection entre la science et la société. La question se pose immédiatement : où sont les problèmes liés à la politique, la sécurité, l’appartenance aux territoires particuliers ? Evidement, l’Institut va au-delà de ses activités statutaires. D’ailleurs, la forme de la propriété ne lui permet guère d’intervenir dans les affaires des Etats étrangers. De plus, on apprend que la structure elle-même fonctionne au frais des projets, des dons, des subventions, des contributions et de toute autre source qui n’est pas interdite par la loi de la Confédération de Suisse.

Curieusement que les fondateurs d’ICSS sont deux personnes: le président est Chantal Mercier-Peschoux (le citoyen français, Hauts-de-France) et le vice-président de l’Institut est Iryna Koval-Lieskova (la citoyenne ukrainienne résidant à Odessa). Nous allons vous parler de ces personnes pour que vous puissiez y voir les traces russes.

Chantal Mercier-Peschoux est un homme asses connu. Il a écrit une pétition au nom de l’ancien président français François Hollande en 2013, en l’appelant à arrêter la participation des forces françaises en Syrie, parce que cela est contraire aux intérêts nationaux de la France. En même temps nous comprenons bien sûr qui est en effet l’interessé – les autorités de la Fédération Russe. Après tout, le Kremlin essaie de revenir sous son plein contrôle la Syrie et laisser en son pouvoir le président Al Assad et recevoir des fonds de partenaires européens qui couvriront les dépenses causées d’intervention.

Il est à noter que dans cette pétition M. Mercier-Peschoux a souligné que des preuves concernant les attaques chimiques d’Assad ne sont pas vraies.

En outre, il y avait une autre pétition collective, envoyée à 2012 à l’administration présidentielle de M. Hollande où les signataires l’appelaient à arrêter la participation des Français à la campagne syrienne.

Il est clair que l’un des signataires du document était M. Chantal Mercier-Peschoux. Dans le dernier paragraphe de la pétition il a dit qu’il est membre du parti « Le mouvement républicain et civil ». Il est bien connu que cette force politique adhère à de vagues vues de gauche, basées sur l’idéologie de la social-démocratie, du populisme, de l’euroscepticisme, patriotisme et anti-américanisme. Elle exige la pleine réindustrialisation de la France. De plus, cette force politique a été contre la guerre au Golfe Persique et contre les dispositions du Traité instituant la Communauté Européenne (Le Traité de Maastricht).

L’ancien dirigeant de ce parti est Jean-Pierre Chevènement (actuellement il est président honoraire). Dans le passé il était un socialiste, depuis les années 1980 il est appelé ‘le dernier jacobin’, faisant allusion à son attachement à l’idée de la République unitaire. M. Chevènement est un homme politique assez influent et connu. En 2017, il a été désigné, dans le cadre de la diplomatie économique mise en œuvre par le gouvernement, comme représentant spécial de la France pour la Russie. Le 4 novembre de l’année dernière, il a reçu l’Ordre de l’Amitié personnellement des mains de Vladimir Poutine.

En novembre 2017 il a visité Moscou et transmis au président russe le message d’Emmanuel Macron. Dans ce message il s’agissait de la coopération pour la résolution du conflit syrien. Il est à noterb qu’il a également exprimé l’idée de suivre des accords de Minsk (par deux côtés) et ne pas admettre la creations des conditions pour ‘geler’ le conflit. Il a également attiré l’attention sur le fait que Minsk-II devrait à la fin conduire à la définition des paramètres électoraux dans les territoires du Donbass, du statut spécial de ces terres et l’expansion de la décentralisation. Cependant, il convient de préciser qu’à la première place le politicien a mis tout de même les éléments liés à la sécurité.

On ne sait pas si M. Peschoux et M. Chevènement se connaissent-ils. Mais il est évident que le premier a mentionné le représentant spécial de la France en Russie dans le texte de la pétition ne pas par hasard. Il a voulu attirer l’attention sur le fait, qu’il adhère à des vues identiques en ce qui concerne la reprise des relations avec la Fédération de Russie et la remise progressive des positions ukrainiennes.

Mais revenons encore une fois à cette pétition. M. Peschoux dit: « Je ne suis pas sourd à la position de Marine Le Pen (oui, je sais que ce n’est pas bien) et mon bulletin reste disponible dans certains cas ».

Permettez-moi de vous rappeler que ce sont les banques russes qui financaient la campagne électorale de Marine Le Pen. Elle a personnellement soutenu le soi-disant référendum en Crimée, venu à une audience personnelle avec M. Poutine avant les élections. Et maintenant elle va discuter avec d’autres politiciens radicaux en un front uni et chanceler les institutions politiques européennes générales – le Parlement Européen, par exemple.

Il y a tout de suite une question: est-il possible de prouver les liens entre M. Peschoux et Mme Le Pen? Ça c'est à vous de décider.

Adhesion à css positions ne prouve pas que ces politiciens coopèrent. Cela ne veut pas dire que M. Peschoux est engagé par les Russes. Toutefois dans sa note à la pétition notoire au nom du president Hollande M Peschoux remarquait que lui-même “est proche de la position de Nicolas Dupont-Aignan”. Le 15 mars 2016 M. Dupont-Aignan a annoncé sa nomination pour Poste présidentiel lors des élections de 2017.

En politique étrangère, il propose de se retirer unilatéralement du processus des sanctions contre la Russie, de régler la situation à Donbass en accordant à l’Ukraine le statut d’Etat neutre et le transformant en une région de coopération russo-européenne. Il a également appelé à procurer la sécurité de l’Europe de l’Est par la conclusion d’un accord entre l’Europe et la Russie sur la paix et la coopération, à conclure des accords sur la résolution des conflits gelés à Chypre, au Kosovo, en Transnistrie et en Crimée. On peut dire précisément que les thèses similaires se répètent sur les chaînes russes chaque jour. Comment aimez-vous cette idée? Probablement pas beaucoup.

Et maintenant, imaginons l’épisode le plus intéressant de toute cette histoire. 28 avril 2017 Nicolas Dupont-Enjan a annoncé la conclusion d’un accord politique avec Marine Le Pen, en appelant à ses adeptes à voter pour elle au deuxième tour des élections. Selon les accords conclus en cas de victoire au deuxième tour des élections présidentielles, Mme Le Pen nommerait M. Dupont-Aignan le nouveau Premier ministre de la France.

Il nous semble que le puzzle est formé. M. Peschoux est un homme qui travaille évidemment contre l’Ukraine, tente de mener une prochaine provocation à Bucarest, d’une manière ou d’une autre, est lié aux forces radicales de droite de France, des forces soutenant le Kremlin. Certaines de ces personnes sont directement liées à la Russie.

Une question se pose: sous quel drapeau l’événement se déroulera-t-il en Roumanie - sous le drapeau suisse, français ou tout de même russe? Mais attendez, avant de répondre, nous vous proposons enfin de faire connaissance le vice-président de l’ICSS (l’organisation qui, rappelons-le, organise toute cette action) Iryna Koval-Lieskova. Elle est la fondatrice de l’agence « Formule de la réussite », engagée dans la production de publicité, des imprimés et dans l’organisation de divers congrès et salons professionnels.

Le 27 mai 2014, elle a organisé à Paris une conférence « Démocratie et violence: Ukraine », tout de suite des événements du 2 mai à Odessa. Là, elle a critiqué les autorités ukrainiennes, de plus elle a parlé de la persécution, illégalité du soi-disant régime de Kiev et a fait appel à la communauté internationale pour intervenir au cours de l’enquête des événements qui se sont passés le 2 mai 2014.

L’association sociopolitique qui l’a aidé – l’Organisation de l’Unité Européenne (OUE). Cette organisation tente également de trouver des points de contact communs avec la Russie, y compris les historiques. Elle est même intéressée par les relations entre Charle de Gaulle et les dirigeants soviétiques. il est intéressant que l’OUE est soutenue par le Centre de Russie pour la Science et la Culture à Paris. Ce centre est l’un des structures de Rossotrudnichestvo – en effet, une branche du FSB de la Fédération de Russie. Il recrute des étrangers et tentent d’affecter la vie politique dans un pays avec leurs assistance.

Maintenant Mme Koval-Lieskova organise l’événement à Bucarest – une provocation, menaçant l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Elle l’organise pour le compte de la structure enregistrée en Suisse, en cooperation avec le citoyen français, très probablement, lié aux forces radicales droites et avec la Russie.

Donc, on a appris que la conférence susmentionné se tiendra sous le drapeau de la Fédération de Russie…

peeters
Touriste
Touriste

Messages : 8
Date d'inscription : 29/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum