Forum politique France online
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !

Le Louvre ensablé aux Émirats

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Louvre ensablé aux Émirats

Message par Merl1 le Sam 11 Nov - 9:24


Le Louvre Abou Dhabi, nouvelle “franchise” du musée parisien, sera inauguré le 11 novembre. La France doit-elle crier victoire ? Tout le monde n’est pas convaincu de la pertinence de ce partenariat.

C’est une petite île paisible, engoncée dans la mer par delà un désert de sable : à Saadiyat s’épanouit un dôme cyclopéen de cent quatre-vingts mètres de diamètre qui plonge dans les eaux profondes des Émirats arabes unis. Cette silhouette, c’est celle du Louvre Abou Dhabi, franchise du palais parisien pluricentenaire qui n’en finit pas de louper le coche de ses répliques avec l’honnêteté apparente qui sied aux argentiers discrets. À l’image du Louvre Lens, dont les excellentes expositions ne parviennent pas à faire oublier une absence de public patente, que l’on n’espère pas due à la rugosité d’une architecture dénuée de virtuosité (agence Sanaa), le Louvre Abou Dhabi s’apprête à dévoiler les multiples paradoxes qui l’accompagneront au gré de son existence.

Quand l’État s’en mêle

Comme son alter ego du Nord de la France, le “Louvre des sables” a reçu la férule étatique qui convient à l’érection de projets aussi monumentaux que leur persistance sera vaine dans le temps. « "Quand l’État s’en mêle, il fait bien les choses" », disait en son temps Gauguin ; « "de toutes parts, des professeurs brevetés, donnant l’assurant du parfait et d’une immense médiocrité" ». Il n’en fallait pas moins que l’immense structure de Jean Nouvel pour “éblouir” Françoise Nyssen, ministre de la Culture, et rameuter le président de la République, dont Noura Al Kaabi, ministre de la Culture émirati, a promis sur Twitter qu’il inaugurerai les lieux, le 11 novembre prochain. Le Louvre Abou Dhabi, c’est le Santa Maria del Fiore de Jean Nouvel. À l’instar de Brunelleschi, l’architecte français a fait du parapluie abritant les cinquante-cinq bâtiments sous-jacents une double couverture, où la coupole intérieure répond au dôme externe, tout couvert de sa résille géométrique traversée par la lumière. La légèreté de la structure d’aluminium, aux accents géométriques non sans évoquer l’art safavide, s’appesantit lamentablement sur des bâtiments quadrangulaires lourds, où manque cette volubilité qui fait flotter la coupole du génie florentin au-dessus de l’Arno…

Mondialisation des musées

« "C’est comme une cathédrale" », explique Jean Nouvel à la presse américaine. Et de poursuivre : « "Je n’ai pas construit [le Louvre Abou Dhabi] pour qu’il devienne obsolète d’ici peu. On construit pour un peuple, pour une civilisation, pour l’humanité." » Hors de question pour lui de décontextualiser une oeuvre qui n’aurait sa place ni à Paris, ni à New York. Un paradoxe ultime, que soulignent les galeries intérieures du musée ; comme l’insensée Galerie du Temps de Lens, celles du Louvre des sables aborderont, suivant un ordre chronologique, des thèmes “universels” (maternité, funérailles…), de l’antiquité à la “globalisation”. Au prétexte d’une équité déplacée, c’est à une noyade sciemment orchestrée des civilisations les unes dans les autres que les concepteurs feront assister les visiteurs. Pour les États du Golfe, la franchise octroyée par le Louvre comporte des intérêts éloignés des considérations présumées humanistes d’un Occident qui s’honnit à en oublier son passé. C’est, comme le souligne avec justesse Alexandre Kazerouni dans Le Miroir des cheiks – Musée et politique dans les principautés du Golfe (PUF, 2017), l’émergence d’un musée cristallisant la lutte interne qui oppose Abou Dhabi au soft power de Dubaï. C’est aussi, de l’aveu du chroniqueur émirati Sultan Al Qassemi, l’inauguration d’une nouvelle acception globale du musée : « "l’hémisphère septentrionale ne dominera plus désormais la manière dont l’héritage des hommes doit être perçu, recherché, diffusé" », explique-t-il (Gulf News, 28 octobre).

Engagement pour trente ans

Il aura fallu dix ans et un agrément d’un milliard pour qu’Abou Dhabi s’achète le nom (pour trente ans) du plus beau musée du monde, engendrant un éclatement des collections. Peut-être la sphère d’influence hostile à l’Occident rendra-t-elle leurs dépositaires réticents à les restituer à l’heure voulue. En tout cas, il aura fallu un architecte satisfait de défendre, à travers le Louvre des sables, « "un projet disposant d’une voie tracée et de ses racines" » (The Irish Times, 19 octobre,) alors qu’il ne jure que par le sceau de l’étranger en ses frontières. Le 11 novembre, c’est le drapeau de la défaite que la France devra brandir.

Aude de Fromont

Paru dans l'Action Française 2000 n° 2965 du 02 Novembre 2017.




_________________
ultima ratio regum
   
avatar
Merl1
Vénérable
Vénérable

Messages : 11415
Date d'inscription : 12/07/2011
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)
Courte présentation: Catholique romain, Royaliste, Breton, amateur de rock alternatif et de RIF.

http://www.comite-mfga.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum